Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 18:22
Affaire Mediator. Irène Frachon :

Affaire Mediator. Irène Frachon : "Ils ont basculé dans la pharmaco-délinquance"  

Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest

 

C'est grâce à son enquête que le scandale du Mediator a éclaté en 2009. Elle en a écrit un livre (1) et assistera au procès en tant que témoin.

 

Qu'attendez-vous de ce nouveau procès ?


D'abord, je ne suis pas sûr qu'il ait lieu (2). Il y a des menaces sur la tenue du procès, que la procédure soit renvoyée (comme l'année dernière, ndlr). Il se pourrait que les deux procès - de Nanterre et Paris - soient réunis dans l'éventualité où le procès de Paris ait bien avancé dans l'instruction et le volet «tromperie aggravée».

 

Quel serait alors l'intérêt de Servier ?


Dans le procès de Nanterre, seul le laboratoire Servier comparaîtra. Si tout se joue dans un seul et même procès puisqu'il y a beaucoup d'autres acteurs (voir page 2), ils pourront minimiser leur impact et mouiller tout le monde dans l'affaire, notamment les pouvoirs publics.

 

Les victimes vont-elles pouvoir obtenir réparation rapidement ?


C'est aussi l'intérêt de ce procès. Pour les victimes qui ont lancé une procédure au civil : elles doivent prouver la faute du laboratoire en plus d'une expertise médicale. Si le jugement du tribunal de Nanterre valide la faute de Servier, alors ça faciliterait les demandes d'indemnisation des victimes au civil. Et ça mettra fin au déni.

 

Selon vous, la responsabilité de ce scandale est-elle due à Jacques Servier uniquement ou à un ensemble d'acteurs ?


C'est la mise en place par un homme, Jacques Servier, d'une entreprise commerciale dévoyée et qui a basculé dans la pharmaco-délinquance.

 

Depuis quand savait-il que le Mediator était nocif pour la santé ?


En 1997, il sait qu'il est potentiellement dangereux. En 1999, il en est sûr. Avec l'appui de Jean-Philippe Seta (l'ex-numéro 2), Servier a fait passer une note à tous les employés où ils leur demandent de dissimuler la dangerosité du médicament. ça devient un acte prémédité. Ce n'est pas la faute à pas de chance.

 

Comment Servier a-t-il pu en arriver là ?


C'est un personnage… pathologique. Le mécanisme de tromperie de Servier ressemble à celle des PIP, initiée par Jean-Claude Mas. Ils ont l'air d'être respectables. Ce sont des actes de criminalité en col blanc : Cahuzac, Servier, Mas… Sauf qu'avec Cahuzac, il n'y a pas eu de morts.

 

Ce procès servira-t-il d'exemple pour éviter d'autres scandales sanitaires ?


Oui, j'espère qu'il va peut-être rappeler que le domaine de la santé est un sanctuaire. Là, aucun dérapage ne peut être toléré. La société doit condamner fermement les laboratoires Servier.

(1) Mediator, 150 mg (Éditions

Dialogues.fr, 150 p., 15,90€).

(2) Interview réalisée le vendredi 17 mai.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans DERIVE DE LA MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens