Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 22:23
Par figaro iconPauline Fréour - le 07/03/2013
L'agence de sécurité du médicament confirme la mort de deux patients mais le lien de cause à effet avec le baclofène n'est pas encore établi.

Deux participants à l'essai clinique sur le Baclofène, un médicament autorisé pour traiter les spasmes musculaires mais testé aujourd'hui contre l'alcoolisme, sont décédés depuis le début de l'étude en mai, a-t-on appris auprès de l'Agence nationale de sécurité du médicament, confirmant une information du site Allô docteur.

L'étude Bacloville comprend 320 participants, dont la moitié reçoit du Baclofène et l'autre moitié un placebo. Elle doit durer jusqu'en mai 2014.

«Nous ne connaissons pas encore les circonstances exactes des décès, a déclaré au Figaro l'ANSM. Nous ignorons encore par exemple si ces personnes recevaient le placebo ou le Baclofène, et ne pouvons pas nous prononcer sur l'imputabilité de la mort à ce médicament». L'agence rappelle par ailleurs que les participants à l'essai clinique présentent «une vulnérabilité physique et morale» due à leur maladie.

«Nous restons néanmoins très attentifs à cette étude. Nous allons rencontrer l'investigateur bientôt et s'il y a lieu, nous suspendrons l'essai. Mais nous n'en sommes pas là», ajoute-t-on à l'ANSM.

Le Pr Philippe Jaury, qui dirige l'étude, s'est refusé de son côté à confirmer les décès. «Tout va bien, il n'y a aucune raison d'arrêter l'étude», a-t-il affirmé. Et de rappeler que l'alcoolisme est responsable de 49.000 morts annuels en France. «Cet essai clinique porte un immense espoir», rappelle-t-il.

Le Baclofène a été mis au point par le laboratoire Novartis Pharma il y a près de quarante ans pour soulager les spasmes musculaires. Son utilisation pour soigner la dépendance alcoolique a été popularisé en France par un livre, Le Dernier Verre, paru en 2008. Son auteur, le Dr Olivier Ameisen, un cardiologue français devenu alcoolique, y raconte comment il a réussi à supprimer toute envie de boire en s'autoprescrivant ce myorelaxant à haute dose. Une première étude publiée dans la revue Frontiers in Psychiatry a confirmé l'efficacité du baclofène à long terme chez une centaine de patients fortement dépendants à l'alcool.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Yves Brasey 11/03/2013 19:51


2 décès sur des personnes déjà en danger de mort, il n'y a rien d'exceptionnel.


De plus comme l'écrit Albéric (info AFP) le premier n'avait même pas commencé !


Lors d'un essai clinique en double aveugle, aucune information ne doit être communiquée avant la fin de l'essai. Règle élémentaire pour ne pas fausser les résultats.


Imaginez maintenant l'état d'esprit des 300 personnes incluses dans cet essai ! c'est simplement criminel !


Ce qui est grave et exceptionnel c'est que cette information a fuité via France 5 et son corbeau préféré.


Cherchez le corbeau et vous aurez toutes les explications.


J'ai déjà donné la réponse et les explications sur la source de "l'info" !


Yves BRASEY Vice-Président de l'association Baclofène. www.baclofene.org


PS : le baclofène, même à hautes doses, même en TS, n'a causé aucun décès sur la planète en 40 années d'utilisation.

Albéric Maspac 11/03/2013 17:49


Un titre raccoleur et dangereux pour des faits qui ne sont pas corrélés avec le baclofène.  Le 1er mort l'a été avant de commencer l'étude.  Il a "fêté" son admission dans l'étude et
est mort d'une hémorragie digestive.  Quand au second, on ne sait même pas s'il était dans le groupe placebo ou pas.  Je vous invite à lire cet article qui remet les pendules à l'heure
http://pourquoi-docteur.nouvelobs.com/Alcoolisme---le-baclofene-en-cours-d-autorisation-temporaire-2196.html.


Je suis moi-même sous baclofène à haute dose (400 mg/jour) et traité avec succès.

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens