Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 12:24

Quelques médicaments sont modérément efficaces pour le maintien de l'abstinence ou une consommation contrôlée des patients alcoolodépendants. Considéré parfois comme recours, le baclofène doit encore faire l'objet de plus de recherches.

L'alcoolodépendance est une maladie chronique sévère, parfois mortelle. Des techniques cognitivocomportementales, une benzodiazépine lors d'un sevrage, un soutien psychologique et social peuvent aider les patients à s'abstenir ou à consommer l'alcool en faible quantité de manière contrôlée. Quelques médicaments sont parfois utiles pour maintenir l'abstinence : acamprosate (Aotal°), naltrexone (Revia° ou autre). Mais leur efficacité est modérée et leurs effets indésirables parfois graves.

Commercialisé depuis longtemps dans le traitement de certains troubles musculaires, le baclofène (Lioresal° ou autre) est parfois proposé, hors autorisation de mise sur le marché, pour supprimer l'envie de boire de l'alcool et obtenir une maîtrise de la consommation.

Chez des patients ayant une alcoolodépendance de gravité non précisée, quatre essais cliniques à doses modérées (30 mg à 60 mg par jour) ont donné des résultats discordants. Des observations de 300 patients alcoolodépendants en échec thérapeutique ont semblé en faveur d'une efficacité du baclofène à doses croissantes élevées, mais ces données sont de faible niveau de preuves.

Les effets indésirables à doses modérés du baclofène sont bien cernés : somnolences, nausées en début de traitement, troubles neuropsychiques, syndromes de sevrage et dépendances, etc. Les effets indésirables à dose élevée sont moins connus, peut-être graves : confusions, états maniaques, voire risque suicidaire accru.

En raison des nombreuses incertitudes, l'utilisation du baclofène n'est à envisager que par des praticiens expérimentés, chez des patients motivés et en échec thérapeutique, dans le cadre d'une recherche clinique.

©Prescrire 1er mai 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens