Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 13:57
Nouvel Obs – 17/09/11
Des ouvrages sont parfois majeurs, tellement ils impactent une façon de vivre de nos sociétés. Ainsi, chez Actes Sud, un ouvrage « vérité » vient faire bouger les lignes : « Menace sur nos neurones ».
Il prend aux tripes et montre combien la société doit rester vigilante pour faire les bons choix en matière de santé. Marie Grosmann et Roger Langlet abordent dans le détail plusieurs sujets concernant le large spectre des maladies mentales. On trouve un panel d’information touchant le calvaire des Alzheimer, des Parkinson et des dépendants en général. Un leitmotiv : l’enjeu majeur de la santé publique est oublié. Exit la prévention… Au lieu de cela, on note les liaisons dangereuses entre recherche « à but lucratif » et organes financiers, voire spéculatifs. On voit que plus un pool de malade est grand moins la prévention est appliquée. Pourtant que ce soit pour les peintures aux plombs comme l’usage d’additifs ou la mal bouffe, les solutions de prévention coûteraient moins cher à la société que de continuer à exposer les gens en promettant de trouver des thérapeutiques adaptées…  
Mais les autres descriptions du livre montrent combien le système devient le pire ennemi du patient. En ligne de mire, les politiques de recherche. Ici, on aura un directeur de l’INSERM qui démontrera que pour un euro donné à la recherche, il en découlait 0,39 euro de dividende à vie… bel esprit pour développer des produits peu efficace et souvent dénoncé comme créant le trou béant de la sécurité sociale. L’idée est de faire de l’argent avec tous les cerveaux, un peu comme on avait inventé le syndrome métabolique qui se résumait en la bedaine des quadras… On sait aujourd’hui que le résultat de ces idées délirantes a conduit massivement à un scandale comme celui de Mediator. Les coupes faims étant devenu une sorte de saint Graal pour éviter les surpoids, on devait vendre du médicament coûte que coûte et jusqu’à ce que 2000 personnes en trépassent.
Pour les maladies mentales et Alzheimer, l’ouvrage décrit le marché qui déchaîne les appétits. On ira jusqu’à créer une société privée pour compiler les données des patients Alzheimer ce qui correspond à une mine pour de futures recherches à destination d’actionnaires gloutons.
Logiquement ces informations devraient rester dans le giron de l’état, mais là encore, une forme de lobbying du pire semble s’exercer pour privatiser la maladie et en tirer le plus de fric.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCE A L'HOPITAL - dans DERIVE DE LA MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens