Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 15:40

 

Apparemment la psychiatrie ne serait pas la seule coupable de la mort d’Aurélie, mais le rapport montre cruellement le manque de professionnalisme de cet établissement psychiatrique, pour ne pas dire de j’m’enfoutisme.
Comment ne pas comprendre le manque de confiance (heureusement) des Français face aux psychiatres !

Le Webmaster

« Le drame aurait pu être évité »

Ce jour-là, Aurélie est transférée à la clinique privée du Pays-de-Seine, un établissement psychiatrique non médicalisé. Bien qu’elle vienne de passer six jours à l’hôpital de Melun, la jeune femme arrive dans un état d’extrême fatigue. Son poids est alors de 30,4 kg pour 1,64 m. « Les médecins n’ont pas pris en compte la gravité du cas d’Aurélie, explique Me Rémi-Pierre Drai, l’avocat de la famille. Aurélie a quitté l’hôpital sans avoir vu de docteurs, sans examen médical, ni prise de sang. Le médecin qui l’a accueillie lors de son entrée dans l’établissement privé note pourtant dans son rapport : “Anorexie mentale sévère. Limite comme indication pour notre structure.” Ils avaient conscience du risque vital encouru par Aurélie lors de ce transfert. Le drame aurait dû être évité ! »
A peine arrivée à la clinique, les incidents s’enchaînent inexorablement. Quelques heures après son transfert, Aurélie est trouvée inconsciente au pied de son lit. Aucune mesure de surveillance ne sera prise. Peu de temps après le dîner, elle régurgite sa boisson. Les infirmières en avertissent le médecin qui note l’incident dans son rapport, sans plus de mesures. Quelques minutes après, Aurélie est en détresse respiratoire. La jeune fille fait un arrêt cardiaque. Les mesures de réanimation seront sans succès.

Reconnus responsables de la mort d’Aurélie, l’hôpital de Melun et la clinique du Pays-de-Seine n’ont pas fait appel de la décision. « Cette condamnation prouve bien que ce n’est pas la maladie qui a tué ma fille de 19 ans, c’est la négligence, s’insurge Pascale. Ils ont volé la vie de ma Lilie. »

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCE A L'HOPITAL - dans PSYCHIATRIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens