Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 19:47
Avec les tranquillisants, vous risquez de développer la maladie d'Alzheimer

La vie est devenue de plus en plus stressante, et avec le manque de temps, nous sommes toujours en train de chercher un moyen rapide pour trouver le calme d’esprit. C’est la raison pour laquelle la consommation des tranquillisants ne cesse d’augmenter jour après jour. D’ailleurs les Français sont les premiers consommateurs des tranquillisants dans le monde.

Pour certaines personnes, ces médicaments sont devenus indispensables afin de vivre une vie normale et trouver un équilibre d'esprit

Le problème des intéressés est qu'ils préfèrent consommer ces produits quels que soient les conséquences psychologiques et physiologiques. Bien que ces médicaments présentent des effets secondaires commeles palpitations du cœur, les nausées, les vertiges,...etc, des études montrent que la consommation de ces derniers pourrait avoir de graves problèmes sur la santé de l'homme.

Selon les premiers résultats d'une recherche française, une consommation excessive, sur plusieurs années, de tranquillisants et de somnifères augmenterait le risque d'entrée dans la maladie d'Alzheimer. C’est la raison pour laquelle le responsable de cette étude appelle à agir pour réduire cette consommation dont les Français restent les champions du monde (plus de 30% des personnes âgées de 65 ans et plus prennent des tranquillisants et des somnifères).

Chaque année, en France, 16 000 à 31 000 cas d'Alzheimer seraient ainsi attribuables à ces traitements par benzodiazépines (BZD) ou apparentés, comme l'a mentionné Sciences et Avenir. Environ 120 millions de boîtes sont vendues par an. La France consomme cinq à dix fois plus de somnifères ("hypnotiques") et d'anxiolytiques que ses voisins européens, toujours selon la publication.

Les gens présentent souvent des troubles du sommeil, de l'anxiété, voire de la dépression, avant que la maladie d'Alzheimer ne soit diagnostiquée. Aussi, l'étude a sélectionné parmi les sujets de plus de 65 ans de la cohorte Paquid dédiée à l'étude de cette démence, ceux qui ne présentaient aucun de ces symptômes, ce qui peut être interprété comme des signes avant-coureurs de la maladie au moment de la prescription. En comparant les consommateurs et les non-consommateurs de BZD, les chercheurs bordelais ont trouvé l'association entre la prise chronique de ces psychotropes (durant deux ans à plus de dix ans) et le risque d'Alzheimer.

La façon dont les BZD agiraient sur le cerveau pour augmenter ce risque reste cependant un mystère. Le problème était déjà évoqué en 2006 dans un rapport de l'Office parlementaire des politiques de santé sur les médicaments psychotropes."Depuis, il ne s'est strictement rien passé" déplorent les spécialistes.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens