Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 19:05

Les contraceptifs oraux (pilules) contenant un progestatif dit de 3e génération exposent à des risques thromboemboliques veineux connus depuis les années 1990. Leur déremboursement est enfin annoncé.

Les contraceptifs oraux (pilules) contenant des hormones progestatives dites de 3e génération tels que le désogestrel ou le gestodène exposent à un risque thromboembolique veineux environ deux fois plus élevé que les pilules à base de lévonorgestrel. Ce risque connu depuis les années 1990 a été signalé par Prescrire à maintes reprises, auprès de ses abonnés et publiquement.

En France, fin 2012, certains de ces contraceptifs à base de progestatif dit de 3e génération sont remboursables par la Sécurité sociale.

Mi-2012, la Commission de la transparence (Haute autorité de santé) a enfin pris en compte ce surcroît de risque d'accident veineux et baissé de "important" à "insuffisant la cotation du SMR (service médical rendu) de ces contraceptifs". Suite à cet avis, le Ministère de la santé a annoncé le déremboursement des contraceptifs à base de progestatif dit de 3e génération, d'abord à compter du 30 septembre 2013, puis à compter du 1er mars 2013.

D'autres contraceptifs hormonaux, tels ceux à base de drospirénone, exposent à des risques similaires.

Dans l'intérêt des femmes, les autorités de santé ont à effectuer un tri radical des spécialités contraceptives à garder sur le marché.

Dans l'attente de ce tri, pour les femmes désireuses d'une contraception, les soignants ont intérêt à leur expliquer qu'il vaut mieux se passer des contraceptifs à base de progestatif dit de 3e génération ou à base de drospirénone, et choisir des contraceptifs de référence ou un autre mode de contraception efficace, tels qu'un dispositif intra-utérin.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens