Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 19:34

 

La psychiatrie dans nos prisons

De nos jours la criminalité semble être considérée comme une maladie mentale. Il faudrait faire appel à la psychiatrie pour traiter ces comportements.

Pourtant la psychiatrie n'a jamais été capable de diagnostiquer réellement les troubles mentaux ni de les soigner. Elle se contente de lister quelques symptômes et d'étiqueter à tout va des personnes malades.

Cette technique permet de prescrire beaucoup de médicaments psychiatriques et de rapporter beaucoup d'argent. Ces médicaments ne font que masquer les symptômes et ne soignent pas, rendant généralement les consommateurs dépendants, dans un état végétatif, et sujets à des effets secondaires.

Les effets secondaires les plus courants de certains psychotropes sont l'agitation, l'agressivité, l'anxiété, la nervosité, les hallucinations, le suicide, la dépersonnalisation, etc. Les psychotropes peuvent donc pousser à encore plus de violence.

Dans les faits, un détenu qui aura pris des traitements psychiatriques a plus de chances de récidiver à sa sortie de prison que de devenir un citoyen responsable et productif.

La plupart des crimes que nous voyons dans les faits divers ont été commis par des personnes suivies en psychiatrie et sous traitement.

Aujourd'hui, un tiers des détenus seraient sous psychotropes, dont 10% sous antidépresseurs.

Le traitement des criminels relève de la justice et non de la psychiatrie. Chaque criminel devrait être considéré comme responsable de ses actes. Il serait dangereux pour les détenus et pour la société de laisser la psychiatrie s'immiscer dans ce domaine.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans PSYCHIATRIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens