Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 19:28

Une étude américaine, publiée dans la revue PLOS Medicine, a vérifié l'efficacité de l'ajout d'un médicament antipsychotique (neuroleptique) à un antidépresseur lorsque ce dernier n'a pas présenté assez d'efficacité pour le traitement de la dépression majeure.

Glen Spielmans de la Metropolitan State University à St-Paul et ses collègues ont combiné les résultats de 14 essais cliniques randomisés (d'une durée de 4 à 12 semaines) publiés ou non comparant l'ajout d'un médicament antipsychotique à celui d'un placebo chez des personnes qui n'avaient pas répondu à des antidépresseurs seuls.

Quatre médicaments antipsychotiques étaient étudiés: l'aripiprazole (Abilify), une combinaison de olanzapine et fluoxétine (Zyprexa et Prozac), la quétiapine (Séroquel) et la rispéridone (Risperdal).

Les quatre médicaments présentaient des bénéfices "faibles à modérés" sur les symptômes de dépression. Mais, sur les mesures de capacité de fonctionnement et de qualité de la vie, ils amenaient généralement aucun ou de faibles bénéfices.

De plus, ils étaient associés à plusieurs effets secondaires indésirables, tels que l'akathisie (un inconfort qui n'est soulagé que par le mouvement), la sédation, des anomalies du métabolisme et la prise de poids.

Les auteurs soulignent que des lacunes dans la conception des études et dans la façon dont les résultats étaient rapportés peuvent avoir eu pour conséquence une surestimation des bénéfices apparents et une réduction des effets secondaires apparents.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens