Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 14:09
Créé le 29-01-2013

Pour l'auteur du "Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux", les pilules de 4e génération "doivent être écartées du marché immédiatement".

 

"La ministre n'est pas en France et d'ailleurs quand elle y est ça ne change rien", clame le Pr Even. (MIGUEL MEDINA/AFP)

"La ministre n'est pas en France et d'ailleurs quand elle y est ça ne change rien", clame le Pr Even. (MIGUEL MEDINA/AFP)

Le professeur Philippe Even, médecin pneumologue francais, président de l'Institut Necker à Paris, et l'un des premiers à avoir pris position contre les pilules 3e et 4e génération*, a accusé mardi 29 janvier la ministre de la Santé Marisol Touraine d'être "absente" du débat sur les dangers de la pilule Diane 35, et de ne pas l'avoir interdite.

Interdire ? "Rien de plus simple"

Pourtant, a-t-il estimé sur Europe 1, "il n'y a pas plus simple" que d'interdire cette pilule. "Les 4es générations comme Diane 35 doivent être écartées du marché immédiatement sans se préoccuper de la position de la commission européenne", a-t-il insisté, en préconisant le retrait de "toutes les copies" (génériques), dont celles émises par le laboratoire Servier, "encore présent".

"Malheureusement, a-t-il poursuivi, nous n'avons pas de ministère de la Santé et nous n'en avons pas eu souvent. Ce grand ministère a toujours été associé à un autre (...), il a le plus gros budget de l'Etat, mais ce budget est géré par le ministre du Budget et pas par le ministre de la Santé (...). La ministre n'est pas en France et d'ailleurs quand elle y est ça ne change rien". "Quand elle est présente elle est tout aussi absente que quand elle est au Brésil".

"J'ai vu passer 350 embolies pulmonaires par an"

Le médecin a également mis en cause sa propre responsabilité et celle des médecins qui n'ont pas communiqué assez tôt sur le sujet. "J'ai dirigé pendant 30 ans le principal centre de traitement des embolies pulmonaires à Paris. J'en ai vu passer 350 par an. J'ai vu des jeunes femmes se trouver dans cette situation. J'ai eu le grand tort de ne pas communiquer sur ce sujet. Beaucoup de médecins ont fait la même chose, il y a aussi de leur part une vraie responsabilité".

* Il est l'auteur, avec Bernard Debré, du "Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux" (Le Cherche-Midi). 

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens