Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 13:48

Par Vincent Olivier, publié le 28/01/2013

C'est parce que le laboratoire n'a pas voulu demander une autorisation pour son médicament que le traitement anti-acné Diane 35 a été prescrit en tant que pilule contraceptive sans autorisaton officielle. 


Diane 35: "Les labos s'en sont lavé les mains"

PILULE - Diane 35, un médicament anti-acné utilisé comme pilule, est responsable de quatre décès. Le point avec une gynécologue.

Diane 35, un traitement contre l'acné utilisé comme pilule, est pointé du doigt par l'Agence française du médicament, qui confirme quatre décès "liés" au traitement. Mais pas question d'endosser des responsabilités qui ne sont pas les leurs: les gynécologues ont le sentiment de payer pour l'inconséquence des pouvoirs publics, le marketing des labos et... l'acharnement des médias! Le point de vue d'Elisabeth Paganelli, secrétaire générale du syndicat national des gynécologues-obstétriciens français (SYNGOF). 

Comment un médecin gynécologue peut-il se retrouver à prescrire Diane 35 -un médicament contre l'acné- en guise de contraceptif?

Parce qu'un certain nombre de dermatologues nous envoient leurs patientes! Celles-ci souffrant d'acné, elles demandent un traitement efficace et, dans la mesure où Diane 35 contient des hormones (oestradiol et progestatif), les dermatologues pensent, sans doute, que nous sommes mieux à même d'évaluer la balance bénéfices/risques de ces médicaments. 

Concrètement, à qui prescrivez vous Diane 35?

Aux femmes qui souffrent d'acné, qui ont une pilosité abondante et qui, pour des raisons diverses, ne "répondent" pas bien à d'autres traitements. Tout dépend donc du contexte, de l'histoire personnelle de la patiente. 

Et si elles prennent une autre pilule?

Nous les prévenons bien entendu. Certaines femmes, les jeunes filles en particulier, ne savent pas que Diane est aussi un contraceptif efficace. Elles en ont entendu parler uniquement comme un anti-acnéique et c'est pour cette raison - et parfois uniquement pour celle-là - qu'elles viennent nous voir. 

Le directeur de l'Agence du médicament (ANSM) a demandé que Diane ne soit plus prescrite comme contraceptif. Qu'en pensez-vous?

Cela n'a aucun sens! Diane a bien un effet contraceptif. La question n'est pas de savoir qui la prescrit et comment: une femme qui prend Diane 35 est, de toute façon, sous contraception efficace. On n'y peut rien, ce n'est pas de notre faute... 

Quelles sont les contre-indications de cette pilule?

Exactement les mêmes que pour toutes les pilules: antécédents familiaux de thrombose, hypertension, risque d'immobilisation, tabac après 35 ans... Rien de spécifique. 

Faudrait-il que Bayer, le laboratoire qui la commercialise, demande officiellement une extension de son autorisation de mise sur le marché?

Nous, gynécos, on aimerait bien, ce serait plus simple. C'est le laboratoire qui s'y refuse. Pour de simples raisons marketing: aujourd'hui, Diane est "génériquée", c'est-à-dire qu'on peut trouver sur le marché des pilules moins chères, aux alentours de 4 à 5 euros par mois, mais avec exactement le même principe actif. Les parts de marché de Bayer se sont donc progressivement effondrées, et Bayer préfère dorénavant vendre des pilules présentées comme "nouvelles" - plus chères bien entendu. Pour dire les choses clairement, les labos s'en sont lavé les mains. Comme souvent... 

Qu'attendez-vous maintenant des pouvoirs publics?

Qu'ils nous disent ce qu'il convient de faire face à une femme qui souffre d'acné sévère: lui donner du Roaccutane, dont les conditions de délivrance sont encore plus sévères que la pilule, avec un risque élevé en cas de grossesse? Lui donner des antibiotiques en continu, avec les risques de résistance que cela comporte? Les laisser avec leurs boutons sur le visage? ... 

Et qu'attendez-vous des journalistes?

Qu'ils cessent de faire peur aux femmes. Si vous, médias, continuez ainsi à paniquer les patientes, elles risquent d'interrompre brutalement leur contraception. Et l'explosion prévisible d'interruptions volontaires de grossesse sera, pour une part, de votre faute.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens