Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 17:56
En pleine polémique sur la dangerosité des pilules de 3e génération, une enquête du Journal du Dimanche s'intéresse à Diane 35, une pilule de 2e génération très particulière. Celle-ci n’est pas répertoriée comme un contraceptif mais comme un médicament anti acné, et multiplierait les risques de thrombose par trois.
Diane 35 plus dangereuse que les pilules de 3e génération ?  © ThinkStock


À l'adolescence, le recours à la pilule n'est pas toujours lié à un besoin d'obtenir une contraception. Les jeunes filles sont nombreuses à se faire prescrire des pilules anti acné, réputées très efficaces. La star des cours de lycée depuis une vingtaine d'années s'appelle Diane 35, et son efficacité controversée revient sur la table à l'occasion de la polémique sur les pilules de troisième génération.

Un anti acnéique

D'après une enquête parue dans l'édition du 6 janvier du JDD, plusieurs médecins s'interrogeraient sur le statut très particulier de Diane 35 dans le catalogue des contraceptifs. Précisément parce qu'elle n'y figure pas. Selon son autorisation de mise sur le marché (AMM), ce médicament lancé en 1982 par Bayer sous le nom Diane est un traitement contre l'acné. En vertu de ses propriétés contraceptives, il a été massivement prescrit par les praticiens, résolvant ainsi deux préoccupations adolescentes. Astucieux, mais cette confusion des genres ne serait pas sans danger.

Les mêmes risques que les pilules de troisième génération

Désormais disponible sous forme de génériques (Holgyème, Lumalia, Minerva), Diane 35 contient en effet de la progestérone –l'un des composants principaux des contraceptifs-, qui bloque l'ovulation, d'où son effet contraceptif. Mais du fait des effets secondaires importants de ce médicament, il est recommandé de ne pas l'utiliser trop longtemps, et de changer de pilule dès que le problème d'acné est résolu, réflexe que n'ont pas la plupart des jeunes femmes, qui préfèrent souvent garder une pilule à laquelle elles sont habituées. Or ces pilules présentent quasiment les mêmes facteurs de risques thrombo-emboliques que les pilules de troisième génération : le risque de souffrir d'une phlébite et d'une embolie pulmonaire et multiplié par trois chez les femmes qui utilisent Diane 35. « Il ne faut pas la prescrire en premier comme on l'a fait à tort avec celles de troisième génération mais privilégier une de deuxième génération, et la réserver à des cas très particuliers », précise Jacqueline Conard dans le JDD. 

Par rapport aux pilules de 3e génération, mises en cause depuis la plainte déposée par Marion Larat, qui accuse sa pilule, Meliane, d'être la cause d'un AVC qui l'a laissée paralysée à 65%, Diane 35 se trouve d'autant plus décriée que son efficacité contraceptive ne serait pas démontrée formellement. Elle n'a, de fait, jamais été remboursée.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens