Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 17:40

La trimébutine (Débridat° ou autre) peut entraîner des abus et des dépendances, et être à l'origine de troubles neurologiques et cardiaques graves en cas de surdose.

La trimébutine (Débridat° ou autre) est commercialisée depuis les années 1970 contre les douleurs liées à des spasmes intestinaux. Son efficacité sur ces douleurs n'est pas établie au-delà de l'effet placebo ; si elle existe, elle est modeste.

Peu de données relatives à ses effets indésirables sont disponibles. Des dépendances à la trimébutine ont été observées dès les années 1990. Pour la majorité des patients, aucun antécédent de toxicomanie ne semblait connu et les dépendances ont été le plus souvent observées avec la forme injectable.

De 1974 à 2011, 366 cas de surdoses volontaires ou non ont été recensés par les centres antipoison et de toxicovigilance français. Dans la très grande majorité des cas, il s'agissait d'erreurs de doses chez des enfants, ou de conduite suicidaires avec de la timébutine orale. Les symptômes étaient le plus souvent digestifs (douleurs, vomissements, etc.), neurologiques (pertes de connaissance, comas, somnolences, convulsions, etc.) et plus rarement cutanés ou cardiocirculatoires (troubles du rythme cardiaque, hypertension artérielle, etc.). Ces effets sont apparus très rapidement, dans un délai de moins de 3 heures après la prise du médicament. Les patients ont guéri, sauf une adolescente trouvée morte après suicide avec plusieurs médicaments.

La trimébutine n'a pas d'efficacité établie au-delà de l'effet placebo. Les données disponibles montrent que la trimébutine n'est pas un médicament anodin, notamment chez les enfants. L'intérêt de la prise de ce médicament est donc à bien peser.

©Prescrire 1er juin 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens