Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 12:44

178

 

Nos pharmacies sont encombrées de pilules qui ne servent à rien et peuvent même être mortelles. Dans un livre de 900 pages, les professeurs de médecine Philippe Even et Bernard Debré passent au crible 4 000 médicaments.

Le résultat est accablant : 50 % d’entre eux sont inutiles, 20 % présentent des risques et 5% sont même « potentiellement très dangereux » ! Ainsi, les médicaments utilisés en psychiatrie et neurologie, certains anti-inflammatoires, les antidiabétiques mis sur le marché depuis dix ans, les expectorants, veinotoniques, antitussifs ou encore les dilatateurs artériels destinés à oxygéner le cœur et le cerveau et qui n’ont absolument pas la moindre efficacité mais qui sont dangereux.

Le constat est édifiant, mais le Dr Didier Tarte fait remarquer, fort judicieusement, que leur effort de discernement s’arrête aux vaccins :

« Toujours l’espace tabou des vaccins.

« Et sans doute cela aurait été beaucoup trop de constater que leurs critiques pourraient exactement s’étendre à la pratique vaccinale. D’autant plus que la démarche vaccinale a inauguré la méthode d’influence et de manipulation (exactement comme ils le dénoncent en page 2) dans la pratique médicale. Tout simplement parce que les vaccins ont inauguré les premiers pas de l’industrialisation de la pharmacie associés au lobbying avec l’État.

 

« Enfin et surtout s’ils dénoncent les dangers des médicaments, ils semblent méconnaître totalement la part des vaccins dans l’émergence et la progression des maladies chroniques, auto-immunes et dégénératives (qui justement devient le pain béni pour tous ces nouveaux médicaments qu’ils dénoncent).

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens