Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 18:32

Près de deux millions de femmes concernées depuis plus de 15 ans ! La polémique sur la prescription des pilules contraceptives de 3e et 4e génération laisse un drôle de goût sur le traitement des médicaments en France. Encore une fois, les autorités sanitaires semblent à la remorque de l'actualité. Certes elles avaient déjà actionné le principe de précaution il y a quelque temps avec plusieurs alertes, puis une mise en garde envoyées aux professionnels. De son côté, la Sécurité sociale avait décidé de ne plus rembourser ces pilules à compter du 30 septembre prochain, et depuis hier à partir du 31 mars. Malgré des antécédents aux USA et de nombreux cas d'intolérance en France, il a fallu qu'une première plainte soit déposée en décembre au tribunal de Paris, et que d'autres soient annoncées pour que l'agence de sécurité du médicament se réveille vraiment. Se succèdent alors en quelques heures, des déclarations et des annonces de réunion extraordinaire, séminaire de travail et enfin d'une étude d'impact. Au risque d'ailleurs que cette effervescence provoque un affolement aux conséquences plus négatives encore que les molécules en cause. Si tant de précautions sur la surconsommation de ces pilules en France naissent ainsi en quelques heures, il y a de quoi se demander pourquoi si tard et si soudainement. Face à la pression des médias, cette hâte surprend. Comme si la peur de la justice était décidément un bien meilleur test sur la qualité des médicaments que les procédures d'autorisation de mise sur le marché, qui devraient normalement protéger les utilisateurs et non veiller aux profits des laboratoires pharmaceutiques

Bertrand MEINNEL

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans DERIVE DE LA MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens