Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 18:31

Des stéroïdes anabolisants auraient été retrouvés chez l'athlète olympique sud-africain Oscar Pistorius inculpé vendredi dernier pour le meurtre de sa compagne Reeva Steenkamp. La question est alors posée d'un lien éventuel entre le meurtre et ces substances. Les médias évoquent aussi une association avec l'alcool.

Les stéroïdes anabolisants (1), aussi appelés stéroïdes androgéniques anabolisants (SAA), sont des hormones de synthèse qui imitent les effets de l'hormone naturelle testostérone. Ils augmentent notamment la synthèse des protéines dans les cellules, entraînant une augmentation de tissus cellulaires, en particulier dans les muscles. Ils produisent ainsi une augmentation de la masse musculaire et de la force physique et sont par conséquent utilisés dans le sport bien que leur utilisation soit interdite par toutes les grandes instances sportives.

Leur utilisation à long terme est liée à des risques d'effets secondaires cardiovasculaires et hépatiques graves. Elle est également liée à des effets secondaires psychologiques et comportementaux.

"Une utilisation à forte dose de ces stéroïdes anabolisants peut provoquer des troubles du comportement sexuel mais surtout de l'agressivité", a indiqué à Europe 1 Gérard Dine, hématologue au Chu de Troyes et spécialiste du dopage. Des crises de violence incontrôlées, souvent désignée par l'expression "roid rage" peuvent apparaître.

Les effets psychologiques et comportementaux incluent:

- Une grande irritabilité et des colères par rapport à des événements triviaux de la vie quotidienne, des sautes d'humeur, l'agressivité, des explosions de violence.

- Des comportements de manie (pouvant contribuer à la violence)

- Des symptômes psychotiques tels que délires et hallucinations.

Une proportion indéterminée d'utilisateurs abusifs développerait une dépendance tel que démontré par le fait qu'ils poursuivent l'abus malgré des problèmes physiques et relationnels ainsi que par les ressources qu'ils sont prêts à consacrer à leur consommation. Des symptômes de sevrage seraient notamment la fatigue, la perte d'appétit, l'insomnie, la nervosité, la dépression... Ces symptômes pourraient persister un an et plus après l'arrêt de l'utilisation.

(1) Des exemples incluent: la méthyltestostérone, la nandrolone, la methandrosténolone et le stanozolol.

Psychomédia avec sources: MedecineNet, Medical News Today, Wikipédia, Europe 1.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens