Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 22:03

JE LIVRE TEL QUEL

 

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

29 mars 2006
Examen du dossier de la spécialité inscrite, pour une durée limitée, conformément au décret
du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l’arrêté du 15 décembre 2004 (JO du 24
décembre 2004
LUMIRELAX 500 mg, comprimé


1 CARACTERISTIQUES DU MEDICAMENT
1.1. Principe actif
méthocarbamol
1.2. Indication
Traitement d’appoint des contractures musculaires douloureuses en rhumatologie.
1.3. Posologie
RESERVE A L’ADULTE (plus de 15 ans).
2 comprimés, deux ou trois fois par jour.
2 RAPPEL DES AVIS DE LA COMMISSION ET DES CONDITIONS D'INSCRIPTION
Avis de la Commission du 19 novembre 1999-Réévaluation
Niveau de service médical rendu pour cette spécialité : faible
3 MEDICAMENTS COMPARABLES
3.1. Classement ATC
M : MUSCLE ET SQUELETTE
M03 : MYORELAXANTS
M03B : MYORELAXANTS A ACTION CENTRALE
M03BA : ESTERS DE L'ACIDE CARBAMIQUE
M03BA03 : Méthocarbamol
3.2. Médicaments de même classe pharmaco-thérapeutique
LUMIRELAX 10% Crème (Non Remboursable)
3.3. Médicaments à même visée thérapeutique
Ce sont les médicaments myorelaxants ayant les mêmes indications thérapeutiques
notamment les spécialités à base de tétrazépam et de thiocolchicoside.
4 REACTUALISATION DES DONNEES DISPONIBLES DEPUIS LE PRECEDENT
AVIS
Aucun essai clinique évaluant cette spécialité n’a été réalisé depuis l’autorisation de mise sur
le marché.
3
5 DONNEES SUR L'UTILISATION DU MEDICAMENT
Selon les données IMS-EPPM (cumul mobile annuel de mai 2004 à mai 2005), LUMIRELAX
est prescrit dans environ 70% des cas dans la prise en charge des « dorsalgies ». Les
durées de prescriptions sont dans 80 % des cas inférieures à 10 jours.
6 SERVICE MEDICAL RENDU ET RECOMMANDATIONS
6.1. Réévaluation du service médical rendu
Caractère habituel de gravité
Parmi les contractures musculaires douloureuses, les situations les plus fréquentes sont les
lombalgies aiguës et chroniques. Celles-ci n’entraînent pas de complications graves, mais
peuvent entraîner une dégradation de la qualité de vie.
Efficacité et place dans la stratégie thérapeutique
Cette spécialité est un médicament d’appoint et entre dans le cadre d’un traitement
symptomatique.
Les contractures musculaires douloureuses ont le plus souvent une origine rachidienne et,
parmi elles, les plus fréquentes sont les lombalgies avec ou sans composante radiculaire :
- Dans la prise en charge des lombalgies aiguës (de moins de 3 mois d’évolution), les
traitements médicaux visant à contrôler la douleur sont indiqués. Il s’agit des
antalgiques et des anti-inflammatoires non stéroïdiens.
- Dans la prise en charge de la douleur des malades atteints de lombalgies
chroniques, les antalgiques sont utilisés en première intention.
En l’absence de données cliniques, l’efficacité de LUMIRELAX dans cette indication est mal
établie.
La prise de LUMRELAX peut provoquer une somnolence, surtout à doses élevées ;
rarement des réactions cutanées (éruption, prurit, urticaire), de la fièvre, une conjonctivite
avec congestion nasale et exceptionnellement des vertiges, nausées, céphalées, de
l’anorexie, et une vision trouble.
Le rapport efficacité/effets indésirables est mal établi.
Intérêt de santé publique :
Compte tenu :
 de l'absence de caractère majeur de gravité de ces affections
 d'une efficacité mal établie ;
 d'une place mal établie dans la stratégie thérapeutique,
LUMIRELAX ne présente pas d’intérêt en terme de santé publique.
Conclusion du service médical rendu
Le service médical rendu par cette spécialité est insuffisant.
6.2. Recommandations de la commission de la transparence
Avis défavorable au maintien de l'inscription sur la liste des spécialités remboursables aux
assurés sociaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCE A L'HOPITAL - dans DERIVE DE LA MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens