Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 17:59

 

©AFP / Noah Seelam

La Cour suprême indienne a estimé jeudi que les essais cliniques non réglementés causaient dans le pays des "dégâts" sur la vie humaine et a demandé au ministère de la Santé de contrôler toutes les nouvelles demandes de tests pharmaceutiques.

La plus haute juridiction du pays s'exprimait lors d'une audience examinant une plainte évoquant des décès et des problèmes de santé provoqués par des essais cliniques sur des patients indiens, souvent sans leur consentement.

"Les essais cliniques non réglementés provoquent des dégâts sur la vie humaine", a souligné un juge de la cour suprême R.M. Lodha.

"Les essais cliniques impliquent de nombreuses questions juridiques et éthiques et le gouvernement n'a rien fait jusqu'à présent", a-t-il dénoncé.

Le juge, qui avait déjà estimé que les Indiens étaient utilisés comme des "cobayes", a ordonné au secrétaire à la Santé de surveiller toutes les nouvelles demandes des groupes pharmaceutiques.

Selon des associations de défense des droits de l'Homme, l'Inde est une destination attrayante pour les multinationales en quête d'essais cliniques en raison des coûts moins élevés que dans les pays occidentaux, d'un certain vide législatif en la matière et de sanctions pénales clémentes.

Les requérants auprès de la cour suprême, un groupe de médecins et une ONG, affirment que plusieurs patients venus se faire soigner dans un centre médical dans le Madhya Pradesh (centre) ont été utilisés pour des essais de médicaments, une pratique "contraire à la déontologie et illégale".

Les auteurs de la plainte disent avoir compilé dans un rapport plus de 200 cas de patients ayant été soumis à des essais cliniques sans que personne ne leur en demande l'autorisation.

Ce n'est pas la première fois que des irrégularités sont dénoncées dans le secteur pharmaceutique.

En mai 2012, un rapport d'enquête parlementaire assurait que des responsables au sein de l'Organisation centrale de contrôle des normes pharmaceutiques (CDSCO) agissaient en violant délibérément les règles en matière de régulation.

Ce rapport indiquait que la CDSCO avait approuvé un certain nombre de médicaments sans tests obligatoires, y compris pour des médicaments interdits dans certains pays émergents.

En janvier l'an dernier, la condamnation de douze médecins à une seule amende de 5.000 roupies (72 euros) pour avoir pratiqué en secret des tests de médicaments sur des enfants et des patients souffrant de handicaps avait provoqué la colère dans le même Etat du Madhya Pradesh.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans DERIVE DE LA MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens