Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 19:18

Par Vincent Olivier, publié le 19/03/2013

Pour le Dr Frachon qui, la première, a dénoncé le scandale du Mediator, après la "complaisance" dont ont fait preuve les experts de l'Agence du Médicament, la justice a désormais "un rôle fondamental à jouer". 


Irène Frachon: "La mise en examen de l'Agence du médicament est normale et logique"

ANSM - Le docteur Irène Frachon a été le premier médecin à dénoncer le scandale du Mediator.

afp.com/Fred Dufour

Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest, a été la première à dénoncer les agissements du laboratoire Servier dans le scandale du Mediator. Elle se réjouit de la mise en examen de l'Agence nationale de Sécurité du médicament (l'ANSM, ex-Afssaps) intervenue ce mardi. En cause: la mise sur le marché et le non retrait d'un médicament prescrit comme adjuvant pour les diabétiques en surpoids, et qui serait responsable de 500 à 2000 décès en France

Quelle est votre première réaction à l'annonce de la mise en examen de l'ANSM?

Je la trouve parfaitement normale, car il est absolument nécessaire de faire la lumière sur une série de dysfonctionnements, d'imprudences, de manques et de fautes, pointées notamment par un retentissant rapport de l'IGAS en janvier 2011, qui ont abouti à ce drame sanitaire. Cette mise en examen permettra, je l'espère, de comprendre pourquoi l'Agence du Médicament n'a pas vu -ou pas voulu voir- que Servier commercialisait un poison mortel. 

Justement: selon vous, les pouvoirs publics ont-ils été aveugles ou aveuglés par Servier?

Ils ont en tout cas détourné les yeux. Et je demeure frappée par la permissivité, le laxisme dont ils ont fait preuve vis-à-vis de ce laboratoire -exactement comme un parent qui passerait tout à son enfant devenu tyran. Au minimum, il s'agit d'une dérobade générale: Agence du Médicament, experts de tous bords et même sociétés savantes, tous ont leur part de responsabilité. Et ça continue aujourd'hui encore. La Société française de cardiologie, par exemple, accueille Servier les bras ouverts, alors même que ce laboratoire a été mis en examen pour des morts par blessure cardiaque et qu'il s'est comporté comme un pharmaco-délinquant. 

Comment expliquez-vous cette attitude?

C'est invraisemblable et, surtout, inacceptable. Et je me l'explique d'autant moins qu'il y a, à l'Agence du Médicament, des pharmacologues compétents. Comment ont-ils pu faire preuve d'une pareille complaisance, alors qu'il y avait des alarmes connuse, dénoncés depuis des années? C'est pour cette raison que la justice a un rôle fondamental à jouer car c'est un pouvoir indépendant, doté de moyens d'investigations importants: il faut maintenant aller au-delà des intentions, faire l'autopsie de l'Afssaps pour que semblable événement ne se reproduise pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans DERIVE DE LA MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens