Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 22:38

En Juillet 2011, nous dénoncions les méthodes de la firme pharmaceutique Merck pour bloquer la publication d'une étude dans la revue médicale internationale Gastroenterology montrant la dangerosité des antidiabétiques Januvia, Janumet et Byetta. Ces antidiabétiques de dernière génération - comprendre : nous n'avons que peu de recul tant sur leur efficacité, que sur leur sécurité d'emploi - étaient suspectés d'entraîner des pancréatites et des cancers. Merck expliquait à l'époque qu'une telle publication "pourrait avoir un effet négatif sur la prise en charge des patients" et Novo Nordisk de rajouter qu'un tel papier pourrait "démarrer une crise sanitaire dont on se passerait".

Une nouvelle étude américaine conduite par l'Université Johns Hopkins et parue dans le JAMA Internal Medicine vient confirmer ce que ces firmes avaient tenté de cacher concernant le risque de pancréatite, c'est à dire une inflammation du pancréas potentiellement mortelle. Cet effet secondaire avait déjà été détecté chez le rongeur
Chez l'homme, il existait déjà des signaux manifestes. (lire ici, ici et ici et bien sûr la publication de Gastroenterology qui a finit par paraître malgré la tentative de censure de la part des firmes).

Pour confirmer ces pistes Sonal Singh et ses collègues ont analysé les dossiers de 1269 patients diabétiques hospitalisés pour pancréatite vs un groupe contrôle. Ces patients sont issus d'une très grande base de données de l'administration américaine (Blue Cross Blue Shield).

Cette étude confirme ce que l'on savait déjà : le risque d'être hospitalisé pour une pancréatite aiguë sous Januvia, Janumet et Byetta est tout simplement doublé !!!

Dès 2007, la FDA avait tiré une sonnette d'alarme concernant le risque de pancréatite sous Byetta et en 2009, les autorités américaines ont annoncé avoir également reçu un nombre anormal de déclaration de pancréatites sous Januvia.

En France, la revue Prescrire, indépendante de l'industrie pharmaceutique, s'inquiète aussi depuis des années sur les risques de ces produits :

Sitagliptine - Januvia°. Diabète de type 2 : peu efficace, et trop de risques mal cernés
Rev Prescrire 2007 ; 27 (289) : 805-808

Sitagliptine commercialisée : prudence !
Rev Prescrire 2008 ; 28 (295) : 338

Sitagliptine : trop de pancréatites
Rev Prescrire 2009 ; 29 (314) : 904

Exénatide, sitagliptine : pancréatites, cancers du pancréas
Rev Prescrire 2011 ; 31 (333) : 508

Écarter les gliptines de sa panoplie thérapeutique
Rev Prescrire 2012 ; 32 (347) : 655

En fait, en 2007, Prescrire se plaignait d'un manque d'efficacité du Januvia avec des effets indésirables "mal cernés".

Cette histoire nous rappelle celle de la classe des glitazones, représentées par Avandia et Actos dont la toxicité avait été démontrée dès leur développement chez l'animal et qui ont pu perdurer sur le marché pendant 10 ans sous l'oeil passif des autorités sanitaires avant d'être retirées du marché pendant l'affaire du Mediator. Selon la FDA, la rosiglitazone (Avandia) aurait entraîné 83 000 infarctus. Autant d'évènements graves qui auraient pu être évités. Cela a valu à la firme GSK de régler à l'amiable 3 milliards de dollars. A noter qu'Avandia n'était pas le seul médicament concerné par cette amende.

Après avoir tenté de faire taire des scientifiques, une société savante européenne, l'EASD (European Association for the Study of Diabetes) sponsorisée par les firmes pharmaceutiques concernées était spontanément venue prendre la défense de ces médicaments, minorant leurs effets secondaires. Nous l'avions dénoncé à l'époque. Les communiqués officiels ont été malencontreusement égarés lorsqu'ils ont refait leur site internet.

Il y a quelques jours, deux sociétés savantes, l'American Diabetes Association et l'American Association of Clinical Endocrinologists ont publié une position commune en faveur de ces antidiabétiques douteux, contre l'étude du JAMA. "Il s'agit d'une analyse rétrospective", "méthodologie douteuse", "l'excès de risque est faible", etc. Bref, on minimise... Une prise de position qui ne surprendrait pas si elle émanait des firmes concernées (mais qui n'en serait pas excusable pour autant). C'est en navigant sur les sites internet de ces associations que l'on comprend mieux leur position. La liste des sponsors de l'ADA ressemble à la caravane du Tour de France ! Cliquez ici.

Tous les labos y sont présents : Abbott, Lilly, Merck, Novo Nordisk, Sanofi, Takeda, Boehringer Ingelheim, etc. Ils font tous partie du "Banting Circle Elite" c'est à dire qu'ils abreuvent cette association de plus d'un million de dollars par an chacun. Plus sobre, la page "sponsors de l'AACE ne se contente que de lister les labos, sans spécifier l'ordre de grandeur des "généreuses subventions" : Their generous support and valuable input helps make possible the many educational programs and activities that AACE provides for its members (Leur support généreux et leurs apports précieux aident à rendre possible des programmes et des activités à visée éducative que l'AACE offre à ses membres).

Ce ne sont que quelques petits liens d'intérêts de rien du tout. De là à parler de conflits d'intérêts...

Tous ces médicaments font partie de la liste des médicaments à retirer du marché selon Prescrire.

Références

2 firmes pharmaceutiques font pression sur des scientifiques pour cacher des effets secondaires graves ...

Glucagonlike Peptide 1–Based Therapies and Risk of Hospitalization for Acute Pancreatitis in Type 2 Diabetes Mellitus - A Population-Based Matched Case-Control Study
Sonal Singh, MD, MPH ; Hsien-Yen Chang, PhD ; Thomas M. Richards, MS ; Jonathan P. Weiner, DrPH ; Jeanne M. Clark, MD, MPH ; Jodi B. Segal, MD, MPH

JAMA Intern Med. 2013 ;():1-6. doi:10.1001/jamainternmed.2013.2720.



GLP-1–based therapy for diabetes : what you do not know can hurt you.
Butler PC, Dry S, Elashoff R.
Diabetes Care. 2010 ;33(2):453-455.

Incretin-Based Therapies for the Treatment of Type 2 Diabetes : Evaluation of the Risks and Benefits
Daniel J. Drucker, Steven I. Sherman, Fred S. Gorelick, Richard M. Bergenstal, Robert S. Sherwin, John B. Buse
Diabetes Care. 2010 February ; 33(2) : 428–433. doi : 10.2337/dc09-1499

Biochemical and histological effects of exendin-4 (exenatide) on the rat pancreas.
Nachnani JS, Bulchandani DG, Nookala A, Herndon B, Molteni A, Pandya P, Taylor R, Quinn T, Weide L, Alba LM.
Diabetologia. 2010 Jan ;53(1):153-9. doi : 10.1007/s00125-009-1515-4. Epub 2009 Sep 13.

Beneficial endocrine but adverse exocrine effects of sitagliptin in the human islet amyloid polypeptide transgenic rat model of type 2 diabetes : interactions with metformin.
Matveyenko AV, Dry S, Cox HI, Moshtaghian A, Gurlo T, Galasso R, Butler AE, Butler PC.
Diabetes. 2009 Jul ;58(7):1604-15. doi : 10.2337/db09-0058. Epub 2009 Apr 29.

Chronic GLP-1 receptor activation by exendin-4 induces expansion of pancreatic duct glands in rats and accelerates formation of dysplastic lesions and chronic pancreatitis in the Kras(G12D) mouse model.
Gier B, Matveyenko AV, Kirakossian D, Dawson D, Dry SM, Butler PC.
Diabetes. 2012 May ;61(5):1250-62. doi : 10.2337/db11-1109. Epub 2012 Jan 20. Erratum in : Diabetes. 2012 Aug ;61(8):2195.

Exenatide and rare adverse events.
Ahmad SR, Swann J.
N Engl J Med. 2008 May 1 ;358(18):1970-1 ; discussion 1971-2. No abstract available.

US Food and Drug Administration. Sitagliptin (marketed as Januvia and Janumet) : reports of acute pancreatitis.

US Food and Drug Administration. Information of healthcare professionals : exenatide (marketed as Byetta) : 8/2008 update.

Pancreatitis, pancreatic, and thyroid cancer with glucagon-like peptide-1-based therapies.
Elashoff M, Matveyenko AV, Gier B, Elashoff R, Butler PC.
Gastroenterology. 2011 Jul ;141(1):150-6. doi : 10.1053/j.gastro.2011.02.018. Epub 2011 Feb 18.

Exénatide, sitagliptine : pancréatites, cancers du pancréas
Rev Prescrire 2011 ; 31 (333) : 508

Sitagliptine - Januvia°. Diabète de type 2 : peu efficace, et trop de risques mal cernés
Rev Prescrire 2007 ; 27 (289) : 805-808

Sitagliptine commercialisée : prudence !
Rev Prescrire 2008 ; 28 (295) : 338

Sitagliptine : trop de pancréatites
Rev Prescrire 2009 ; 29 (314) : 904

Écarter les gliptines de sa panoplie thérapeutique
Rev Prescrire 2012 ; 32 (347) : 655

American Association of Clinical Endocrinologists, American Diabetes Association Issue Joint Response to published JAMA Article, American Diabetes Association, 26/02/2013

Our Corporate Supporters, American Diabetes Association

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens