Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 10:06

Le Monde.fr avec AFP | 27.01.2013 

 

La ministre de la santé Marisol Touraine a annoncé la mise en place d'un dispositif visant à réduire la prescription des pilules de 3e et 4e génération.

L'agence du médicament a confirmé, dimanche 27 janvier, quatre morts "imputables à une thrombose veineuse liée à Diane 35" depuis 1987. Samedi, Le Figaro annonçait que cette pilule – destinée à tratiter des problèmes d'acnée et plus communément utilisée comme moyen de contraception – avait causé le décès de sept personnes. 

"Pour les trois autres cas mentionnés, la cause du décès est liée à des pathologies sous-jacentes des patientes concernées", précise l'agence (ANSM) dans un communiqué, ajoutant qu'elle rendrait ses conclusions sur la révision en cours de l'analyse concernant les risques et bénéfices de ce médicament non remboursé.

Selon le quotidien, il s'agirait d'une femme de 18 ans, de deux de 24 ans, d'une de 26 ans, d'une de 28 ans et de deux femmes de 42 ans. Parmi ces sept cas, six seraient corrélés à Diane 35, tandis que l'un le serait à une spécialité générique, Holgyeme, du laboratoire Effik. Dans ce document, l'Agence estimerait que, dans quatre de ces cas, la pilule serait directement mise en cause.

La pilule Diane 35, produite par le laboratoire Bayer, est un traitement contre l'acné très souvent prescrit également comme contraceptif. L'acétate de cyprotérone, progestatif du médicament Diane 35, multiplie par 6,68 le risque de thromboembolique veineux, d'infarctus du myocarde et d'accident vasculaire cérébral.

Le quotidien ajoute qu'"à la date du 16 janvier 2013, 125 cas concernant les événements emboliques et thrombotiques pour Diane 35 et ses génériques sont enregistrés dans la base nationale. 113 cas concernaient des effets indésirables thromboemboliques veineux et artério-veineux, et 12 concernaient des effets indésirables thromboemboliques artériels. L'âge moyen des femmes ayant rencontré ces effets indésirables est de 25 ans. Pour les 113 cas, 68 femmes ont guéri sans séquelle, 7 ont guéri avec séquelle et 30 ne sont toujours pas rétablies".

Des éléments qui viennent s'ajouter à l'alerte qui a été lancée par Le Monde il y a quelques semaines concernant les risques que présentent les pilules de troisième et quatrième génération.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens