Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 13:47

Déni des soins, de la douleur, absence d'information, non respect de l'intimité, sentiment d'abandon, bruit, petites humiliations, pression psychologique, culpabilisation… Une étude publiée par la Haute autorité de la Santé révèle le malaise des malades face à la maltraitance "ordinaire"qui règne dans certains établissements de soin

Une chambre d'hôpital vide de toute chaleur humaine (AFP)

La Haute autorité de santé (HAS) publie une étude sur la maltraitance "ordinaire"dans les établissements de santé qui fait froid dans le dos. Recueil de témoignages des malades ou de leurs proches, elle donne vie aux petites violences quotidiennes qui règnent à l'hôpital. Une étude qui révèle l'attente, l'impuissance, l'abandon, de ceux qui souffrent, et des situations parfois absurdes, qui nuisent à la dignité des malades.
La parole est aux patients :
"Il y a des moments où je restais dans le pus et dans mes excréments toute la matinée", décrit un malade."Les infirmières enfermées dans leur bocal, au milieu du service. Elles sont là, à plusieurs en train de rire et les malades déambulent en pyjama à la recherche de lien humain"."Coralie reste nue sur le brancard dans le couloir du service pendant dix minutes. Je prends une couverture dans la chambre, on me reproche d'avoir défait le lit", raconte une mère. "J’ai eu le chirurgien qui est entré dans ma chambre, j’étais aux toilettes. Je lui ai demandé : "pouvez-vous sortir ? Cela me gêne.""Non, moi ça ne me gêne pas", explique une victime d'infection nosocomiale. Des parents racontent aussi : "Alors que nous sommes dans la chambre de notre Jérôme vers 18h, l’interne qui le suit depuis le matin vient à notre rencontre et nous annonce sans autre forme : "C’est une tumeur. Il faut savoir maintenant si elle est maligne ou non."Valérie et l’interne quittent la chambre et je reste près de Jérôme qui m'adresse cette question : "Je vais mourir ?", à cet instant, je suis désemparé, désarmé et lui demande à mon tour pourquoi il pose cette question, l'explication qu'il me donne c'est son interprétation de "tumeur"par "tu meurs"".

Partager cet article

Repost 0
Published by violence à l'hôpital - dans VIOLENCE A L'HOPITAL
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens