Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 18:33

• Cardiologie

Rasilez®, Befizal®, Lipanor® ou autre, Procoralan®, Adancor® ou autre, Vastarel® ou autre, Vasobral®, Iskédyl®, Hydergine®, Sermion® ou autre, Praxinor®, ExforgeHCT®, Lipanthyl® ou autre.

"Ou autre" fait allusion aux autres médicaments contenant la même substance. Pour Lipanthyl®, on parle de la famille du fénofibrate, qui est la dénomination commune internationale (DCI).

Quelques exemples

Rasilez®par exemple est un antihypertenseur dont l’efficacité n’a pas été démontrée en termes de prévention des accidents cardiovasculaires (la tension baisse un peu, mais pas de preuve qu’il y ait moins d’AVC ou d’infarctus) et qui expose notamment à une insuffisance rénale; autant le remplacer par des diurétiques ou des produits éprouvés comme Renitec® ou Coversyl® (des inhibiteurs de l’enzyme de conversion). 


Les produits qui font baisser le cholestérol comme le Lipanthyl® ou le Lipanor® sont eux aussi sans efficacité démontrée en terme de prévention des accidents cardiovasculaires. Mais ils ont des effets nocifs au niveau des reins, de la peau et du sang. Du sport ou un bon régime ou le gemfibrozil (Lipur°) qui limite le risque d'infarctus,  permettraient d’obtenir des effets positifs.

Le Procoralan® utilisé dans l’angor et l’insuffisance cardiaque n’est pas meilleur que les médicaments de référence. Mais il provoque parfois des troubles du rythme cardiaque ou des troubles visuels… Autant en rester aux traitements éprouvés.

• Pneumologie-ORL

Vectarion®, Xolair®  ,Esbriet®, Thiovalone®, les  produits vasoconstricteurs contre le rhume à la pholcodine, à l’éphédrine, à la naphazoline, à l’oxymétazoline, à la pseudoéphédrine, au tuaminoheptane.

Quelques exemples

Vectarion® par exemple, utilisé dans la bronchite chronique obstructive, n’a pas d’efficacité démontrée. Il expose à des atteintes des nerfs et des pertes de poids graves.

En cas de rhume, les vasoconstricteurs sont utilisés par voie nasale pour assécher le nez. Ces produits peuvent entraîner des troubles cardiovasculaires. Autant utiliser du sérum physiologique et se moucher correctement, une narine après l’autre.

Xolair® est employé en cas d’asthme sévère. Il provoque des troubles cardiaques ou des allergies sévères. Mieux vaut préférer un simple corticoïde.

Thiovalone® est employé pour le mal de gorge. Il peut entraîner des réactions allergiques (oedèmes de la face, glossite, œdème de Quincke). Le paracétamol est à préférer.

• Douleur-rhumatologie

Celebrex®, Arcoxia®, Dynastat®, Idarac®, Ketum® gel ou autre, Acupan® ou autre, Nexen® ou autre, Feldène® ou autre.

Quelques exemples

Ces antalgiques et anti-inflammatoires présentent souvent plus de risques que les autres spécialités sur le marché.

Certains entraînent parfois des risques cardiovasculaires ou cutanés (Célebrex®).

D’autres provoquent des spasmes bronchiques voire des oedèmes de Quincke (Idarac®). D’autres encore exposent à des photosensibilisations lorsqu’on s’expose au soleil (Ketum® gel).

Certains peuvent provoquer des convulsions, des troubles hépatiques, des dépendances (Acupan®).

Pour toutes ces raisons, la revue recommande comme antalgique en premier choix le paracétamol. Il s’avère efficace et inoffensif lorsqu’on respecte bien sa posologie.

Lorsque des anti-inflammatoires (AINS) sont nécessaires, Prescrire préfère Brufen® et Naprosyne® ou autres, à la plus petite dose efficace et pour la durée la plus courte possible.

• Ostéoporose

Prolia®, Protelos®, Forsteo®.

Quelques exemples

L'efficacité de ces médicaments est modeste et leurs effets indésirables parfois graves.

Prolia® est utilisée en prévention des fractures de l’ostéoporose. Ce produit expose à des douleurs musculo-squelettiques (lombalgies, articulations douloureuses…) ou à des infections.

Protélos®  peut entraîner entre autres des réactions allergiques sévères, des embolies veineuses, des troubles psychiques.

Forsteo®, expose à des troubles digestifs, des hypotensions accompagnées de syncopes.

• Cancérologie-Hématologie

Removab®, Vectibix®, Yondelis®, Caprelsa®, Javlor®, Ferrisat®

Quelques exemples

Certains produits comme Removab® ou Vectibix® n’augmentent pas la durée de vie. Ils exposent à des effets indésirables graves.

Yondelis® ou Caprelsa® n’ont pas d’efficacité démontrée sur la survie. Ils provoquent des effets indésirables graves chez un nombre important de patients (diarrhée, pneumonie, hypertension, voire mort subite). On pourrait utiliser des anticancéreux qui ont un meilleur rapport bénéfice/risque. Ou alors soulager les symptômes de la maladie sans traiter la tumeur.

• Dermatologie-Allergologie

Protopic® , Primalan®, Phenergan® injectable.

Quelques exemples

Protopic® utilisé dans l’eczéma expose au risque de cancer de la peau ou du sang. Autant rester à une pommade corticoïde pendant les poussées.

Primalan® préconisé dans les allergies est un antihistaminique sédatif d’efficacité modeste. Il expose à des troubles du rythme cardiaque. Autant préférer un antihistaminique non sédatif comme la Clarityne® ou le Zyrtec®.

Phenergan® injectable employé dans l’urticaire sévère expose à des nécroses de la peau. Autant lui préférer de la Polaramine® injectable.

• Diabétologie - Nutrition

Onglyza®, Januvia®, Xelevia®, Galvus®, Xenical® ou autre.

Quelques exemples

Les quatre premiers produits n’ont pas d’efficacité démontrée sur les complications habituelles du diabète. Il n'est pas prouvé qu'ils limitent les accidents cardiovasculaires, les insuffisances rénales, les atteintes neurologiques. En revanche, ils ont des effets secondaires: réactions allergiques, troubles de l’immunité, pancréatites… Mieux vaut leur préférer les traitements comme Glucophage®, Daonil® ou l’insuline.

Xenical® utilisé dans le traitement de l’obésité entraîne des diarrhées et autres troubles digestifs, plus rarement des atteintes hépatiques. L’efficacité en termes de perte de poids reste modeste. L’activité physique et des mesures diététiques sont préférables.



• Gynécologie-Endocrinologie

Livial®

Quelques exemples

Ce produit utilisé dans le traitement substitutif hormonal de la ménopause (THM) expose à des effets négatifs: apparition de poils, d’acné, prise de poids, avec en prime, les effets classiques du traitement hormonal de la ménopause. A savoir, dans certaines conditions, un risque un peu plus élevé de troubles cardiovasculaires ou de cancer du sein.

On prescrit habituellement Livial® pour son effet positif sur la libido. Autant prendre le THM classique si on ne veut pas des effets secondaires supplémentaires.

• Gastro-entérologie

Motilium® ou autre, Resolor®

Quelques exemples

Motilium® et les produits de la même famille utilisés en cas de nausées, vomissements ou reflux gastro œsophagien (RGO) exposent à  des troubles du rythme voire une mort subite. Mieux vaut préférer à cette famille, les antiacides. Des produits comme le Mopral® sont également une bonne alternative avec moins d’effets secondaires.

Resolor®, apparenté aux neuroleptiques, est employé pour traiter la constipation. Il expose à des troubles cardiovasculaires. Mieux vaut opter pour un bon régime alimentaire, beaucoup d’eau, du sport ou un laxatif plus léger.

• Infectiologie

Izilox®, Keteke®

Quelques exemples

Ces deux antibiotiques ne sont pas plus efficaces que les autres. Ils exposent à des troubles cardiaques et des hépatites ou, pour Izilox®, à des réactions allergiques cutanées sévères (syndrome de Lyell)… Autant leur préférer les traitements éprouvés.

• Neurologie

Sibelium®, Vidora®, Tysabri®,Tasmar®.

Quelques exemples

Les deux premiers sont utilisés dans le traitement de fond de la migraine pour prévenir les crises. Ils peuvent entraîner de nombreux effets indésirables dont  des états dépressifs. Mieux vaut l’option Avlocardyl® ou autre.

Tasmar®, un antiparkinsonien, expose à des troubles hépatiques très sévères. Mieux vaut du Comtan®.

• Psychiatrie-Dépendance

Valdoxan®, Cymbalta®, Ixel® ou autre, Stablon®, Effexor®LP ou autre, Sycrest®, Stresam®, Kaologeais®, Precyclan®, Zyban®, Champix®

Quelques exemples

Certains antidépresseurs comme Cymbalta ou Stablon® exposent notamment à des atteintes du foie.

Effexor® peut entraîner des tachycardies ou d’autres troubles du rythme cardiaque.

Zyban®, de la famille des amphétamines, est prescrit pour le sevrage au tabac. Il peut occasionner des troubles psychiques inquiétants (plus sévères que la banale irritabilité ou morosité), des convulsions, une augmentation de la tension.

Champix est aussi utilisé dans le sevrage à la cigarette. Il expose à des troubles du sommeil ou digestifs, exceptionnellement à des suicides.

Prescrire préconise les produits antidépresseurs, anxiolytiques ou neuroleptiques, dont la balance bénéfice/risque est plus favorable. Pour l’arrêt de la cigarette, la nicotine obtient les mêmes résultats avec moins d’effets indésirables.

• Arthrose

Art 50® ou autre, Voltaflex® ou autre

Quelques exemples

Ces médicaments n’ont pas d’efficacité démontrée et exposent à des effets indésirables.

Art 50® peut provoquer des troubles digestifs, des atteintes hépatiques ou de la peau.

Votaflex® expose à des réactions allergiques et à des troubles hépatiques.

Pour traiter la douleur, mieux vaut utiliser du simple paracétamol.

• Divers médicaments utilisés en rhumatologie

Lumirelax®, Coltramyl® ou autre, Colchimax®, Percutalgine®, Cortisal®

Quelques exemples

Lumirelax® comme d’autres myorelaxants n’a pas d’efficacité démontrée. Il expose à de nombreux effets indésirables (troubles digestifs, atteintes cutanées…).

Percutalgine®  et Cortisal® réunissent plusieurs principes actifs. Ils exposent aux inconvénients de chacun, ceux des corticoïdes, ceux des produits salycilés. Mieux vaut du paracétamol oral.

En cas d’entorses ou de tendinites, des gels antalgiques type (Advil® gel ou autre) font l’affaire en complément des mesures classiques: glace, repos, attelles, etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens