Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 16:35
  par Alexandre Imbert le 11 mars 2013

Il ya quelques semaines, on était en pleine panique au ministère de la Santé. Déremboursement des pilules de 3ème et 4ème génération, interdiction de prescrire ce contraceptif hormonal pour les généralistes (belle offense au passage) et dans la foulée, une affaire dans l’affaire avec le retrait de l’anti-acnéique Diane 35 (Bayer toujours), nouvel exemple après le Médiator de détournement de prescription (25 ans de laisser-faire des autorités de santé !)…
Et depuis ? Plus rien…

Depuis, les soi-disant « minipilules » inoffensives de 2ème génération continuent à être prescrites comme si de rien n’était, ou presque. Y compris des pilules préhistoriques ou de 1ère génération comme Minidril qui va fêter ses 40 ans, Adepal ou Triella, autant de poisons que l’on aurait dû jeter à la poubelle depuis bien longtemps !

Depuis aussi, on continue à donner des pilules avant-gardistes genre Cerazette, la pilule la plus prescrite par les gynécologues, bourrée de progestatifs de 3ème génération (désogestrel) aux effets mal évalués.

33 ans d’alertes sur les dangers des hormones de synthèse…

En 1980, le Dr Dominique Chatain, gynécologue, alertait l’opinion dans un livre intitulé « Danger Pilule ». Un ouvrage nourri de faits et chiffres qui pointait déjà les effets secondaires et les risques d’accidents cardio-vasculaires, d’hypertension, de chute de libido, de chute des cheveux, de prise de poids, de cancers.

En 1983, Barbara Seaman, une grande journaliste américaine, signait « Dossier Hormones » avec le médecin et pharmacologue Gideon Seaman. Ils y expliquaient très clairement pourquoi il ne fallait surtout pas prendre d’hormones et comment faire autrement. « Toute femme qui prend ces traitements vit dans un état biochimique altéré », disaient-il à propos de ce qu’il qualifiaient de « pilule du cancer ».

En 1988, le Dr Ellen Grant, qui fut pourtant en Angleterre une fervente apôtre de la pilule (elle a participé aux premiers essais), publiait « Amère Pilule ».
Dans cet ouvrage fort documenté, le Pr Lucien Israël écrivait en préface : « Ce livre souligne les dangers réels de la pilule, et montre, indirectement, que le bouleversement des équilibres naturels comporte toujours obligatoirement un prix à payer… En fait, s’agissant d’autres domaines de la médecine, il est vraisemblable que les produits entraînant de telles conséquences n’auraient jamais reçu l’autorisation de mise sur le marché… ».

En 2001, le Pr Henri Joyeux, cancérologue, publiait « Femmes, si vous saviez ! », un livre plusieurs fois réédité dans lequel il dénonce autant les dangers de la contraception chimique que de la THS. « C’est bonnet blanc et blanc bonnet » écrit-il à propos de ces traitements dont il explique les effets cancérigènes et thrombo-emboliques.

Dans ce livre, on peut noter cette phrase terrible du Dr Pierre Simon, co-fondateur du Planning Familial : « Si j’étais femme, sachant ce que je sais de la physiologie féminine, vous me paieriez cher pour me faire avaler la pilule ! ».

 

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens