Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 16:37

Et depuis ?
Des études ont été publiées (dont une dizaine sur les risques thrombo-emboliques véneux des 3ème et 4ème générations entre 2005 et 2012), des débats initiés mais sans succès. Alors retenons seulement deux faits, incontournables, têtus :

  • En 2005, le CIRC (Centre international de recherches contre le cancer) a classé les contraceptifs oraux oestro-progestatifs comme substances cancérigènes de catégorie 1. L’information a été publiée en plein mois d’août, elle est passée inaperçue chez les journalistes et la Ligue contre le Cancer, malgré ses millions d’euros de budget de communication n’en a pas fait la publicité… Catégorie 1 = cancérogène certain. La pilule est donc au cancer du sein ce que l’amiante est au cancer de la plèvre.
  • En septembre 2011, l’Afssaps (rebaptisé depuis ANSM) a officiellement publié une alerte sur les risques de thrombo-embolies… Un communiqué pondu 6 ans après la publication d’une étude sans équivoque dans The Lancet !

Vous aurez pourtant remarqué comme moi que dans la cacophonie de ce début d’année, personne n’a évoqué le risque de cancers hormono-dépendants de la pilule oestro-progestative.
Pas un mot sur un possible lien avec les 70 000 nouveaux cas de cancers du sein enregistrés en France l’année dernière (une française sur huit est maintenant concernée).

Une épidémie telle que si l’on parvenait à l’éradiquer, me confiait dernièrement un grand cancérologue, c’est la moitié des centres anti-cancer qu’il faudrait fermer… Pas un mot sur le cancer de l’utérus, pas un mot sur tout autre risque que celui des thrombo-embolies d’ailleurs.

La plilule est un perturbateur endocrinien

La pilule n’est rien d’autre qu’un perturbateur endocrinien récemment recensée comme telle par l’ANSES au même titre que les phtalates ou le bisphénol A.

Qu’est-ce en effet que la pilule féminine ? C’est l’association de l’hormone masculine (la testostérone) modifiée, le norstéroïde, et de l’éthinyloestradiol, qui est l’hormone féminine modifiée (oestradiol). L’objectif de cette association contre-nature : inhiber l’ovulation.

Et, comme si l’ovulation était une maladie, on parle de « traitements »… Ceux-ci déséquilibrent la femme dans son être le plus intime : ses cycles, qui suivent peu ou prou ceux de la lune, et son horloge interne.

Les conseils d’une (sage) femme

Les gynécologues sont maintenant harcelés de questions (tant mieux) et les femmes s’inquiètent (à juste titre). Si vous paniquez, je vous recommande suivre les conseils du Dr Bérangère Arnal, gynécologue aguerrie et spécialiste de la prévention du cancer du sein.

La première recommandation de Bérangère Arnal est la suivante :

Si vous voulez prendre la pilule, prenez-la le moins longtemps possible et aux plus petites doses !

Bérangère Arnal explique aussi qu’il existe des solutions bien plus sûres que les pilules de 3ème et 4ème génération et elle en évoque de nombreuses. Tout en prenant soin à chaque fois de souligner les points faibles et les traitements alternatifs et complémentaires (TAC) nécessaires.

Ce sont par exemple :

  • Les pilules de 2ème génération peu dosées en éthinyl-oestradiol. Ça existe (Leeloo ou Lovavulo par exemple) !
  • Les pilules de 5ème génération composées d’hormones bio-identiques, dites semi-naturelles, c’est-à-dire très proches des hormones ovariennes (la pilule Zoélie notamment et Qlaira dans une moindre mesure). Qui en parle ? Même les gynécologues ignorent parfois qu’il existe une 5ème génération !
  • Les contraceptifs à 17 bêta oestradiol par voie percutanée (patch ou gel) ou à progestérone micronisée (préférer la voie vaginale à la voie orale).
  • L’anneau vaginal Nuvaring. Sûr et efficace.
  • Le stérilet  au cuivre non hormonal, notamment la version « short » pour les jeunes filles. Excellent rapport qualité/prix ! Coût : 35 euros remboursés par la Sécurité sociale. Pas rentable pour les labos…
  • La méthode Essure après 40 ans, âge à partir duquel tous les spécialistes indépendants vous diront qu’il est insensé de prendre la pilule. Anodine, confort assuré.
  • Le préservatif masculin : pour les femmes qui n’ont pas de rapports réguliers ou pour les jeunes filles (qui se protègent en même temps des MST). Sûr à 90%.
  • La vasectomie… Autre tabou !

Enfin, et c’est important : avoir des enfants est l’un des meilleurs moyens de se protéger des effets néfastes de la pilule, notamment des cancers.

Des compléments alimentaires indispensables

Dans la plupart des cas, la prise de pilule oestro-progestative, vous dira Bérangère Arnald, nécessite une complémentation en oligoéléments et vitamines compte tenu des carences et dérèglements qu’elle entraîne :
-    vitamines E, C, B2, B6, B9, B12.
-    Magnésium, zinc, chrome, sélénium
-    Levure de bière…
Mais votre gynéco vous en a-t-elle (il) touché un mot ?…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens