Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 19:38

 

Les pieds sur terre

La plupart des nouveaux médicaments n'apportent actuellement aucun progrès thérapeutique tangible pour les malades. Et pourtant, ils font l'objet de dépenses de plus en plus délirantes.

Il est légitime que les soignants réfléchissent aux coûts des médicaments et des autres moyens thérapeutiques. Et il faut le faire sans complexe, sans peur de se perdre dans les chiffres, sans se laisser intimider par le jargon économique.

C'est sur le terrain de l'intérêt des malades, de la qualité des soins à donner, de la pertinence des moyens mis en œuvre, qu'il faut ramener l'économie de santé et le prix des choses. Et sur ce terrain, les soignants ont beaucoup à dire, dans leur langage, en gardant les pieds sur terre (...).

Mieux vaut être bien portant que faux malade : la population et les soignants doivent garder clairement à l'esprit les vrais enjeux de santé, l'évolution naturelle des maladies, les limites des bénéfices attendus, les risques possibles de toute action présentée comme “thérapeutique". La balance bénéfices-risques des dépistages systématiques et des incitations à tout traiter doit être au cœur de la réflexion.

Mieux vaut un tiens que deux tu l'auras : mieux vaut un outil efficient bien maîtrisé, qu'un mirage fût-il “technologique".

En 50 ans, une accumulation considérable de nouveautés techniques, médicamenteuses, radiologiques, chirurgicales, ont transformé les moyens diagnostiques et thérapeutiques à la disposition des soignants ; ces moyens sont loin d'être aujourd'hui correctement évalués et utilisés, ce qui engendre une véritable épidémie iatrogène. Investir dans la formation rigoureuse des professionnels, dans la cohérence des circuits de soins, dans l'évaluation des stratégies diagnostiques et thérapeutiques, et dans la prévention des erreurs s'impose dorénavant.

Dans ce contexte, vivent les vrais progrès thérapeutiques correspondant à de réels besoins. Ils peuvent être petits ou grands, s'adresser au grand nombre ou à un groupe restreint de patients, consister en des effets bénéfiques espérés, en des effets indésirables diminués, en des modalités d'utilisation plus sûres ou plus simples, ou en une plus grande régularité d'approvisionnement. Dans tous les cas : vivent les coûts humains et financiers qui permettent d'obtenir ces progrès.

Mais assez de "tromperie sur la marchandise", et de ressources budgétaires détournées de leur objectif d'amélioration de l'état de santé des populations. La plupart des nouveaux médicaments n'apportent actuellement aucun progrès thérapeutique tangible pour les malades. Et pourtant, ils font l'objet de dépenses de plus en plus délirantes.

Stoppons cette folie. Et redonnons à la santé une politique globale, fondée sur une allocation des ressources centrée sur les vrais besoins de la collectivité.

©Prescrire 2012

Rev Prescrire 2012 ; 32 (350) : 895.

Tiré de : Rev Prescrire 2004 ; 24 (256 suppl.) : 881.

Lire le texte complet :
Pdf, accès libre

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens