Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 12:05
Créé le 12-09-2012

Dans un livre choc, les professeurs Even et Debré passent au crible 4.000 médicaments et mettent en cause l'industrie pharmaceutique. A lire dans "le Nouvel Observateur".

 

Le guide des médicaments utiles, inutiles ou dangereux (Illustration Serge Bloch pour "le Nouvel Observateur")

Le guide des médicaments utiles, inutiles ou dangereux (Illustration Serge Bloch pour "le Nouvel Observateur")
Sur le même sujet

Quatre mille médicaments expertisés, leur efficacité, leurs risques et leur coût évalués ; des conseils pour prescrire ; l’historique des plus graves accidents thérapeutiques ; le point sur les grandes pathologies, les découvertes majeures et les impasses de la recherche contemporaine : ce guide de 900 pages est bel et bien une avancée spectaculaire en matière d’ouvrages mis à disposition des médecins et des malades. C’est aussi le travail d’expertise critique et indépendant qui manquait, celui qu’aurait dû produire depuis longtemps la défunte Afssaps en charge de la sécurité sanitaire.

Réalisé à partir d’une base de données – 20.000 références de recherches internationales – consultable à l’Institut Necker, cet ouvrage se veut un contre-pouvoir à la vox pharmacia et à son inflation de faux messages sanitaires destinés à faire consommer toujours plus de pilules. "Disons-le d’emblée : ce guide n’est pas un livre, écrivent en préambule les auteurs, les professeurs Philippe Even et Bernard Debré. Il n’est pas fait pour être lu du début à la fin, mais pour être consulté, comme un dictionnaire."

50% de médicaments sont inutiles

Tous deux dressent un bilan sidérant de notre pharmacologie. 50% de médicaments inutiles, 20% de mal tolérés, 5% de "potentiellement très dangereux", mais, incroyable paradoxe, 75% sont remboursés. De 10 à 15 milliards d’euros sont ainsi gaspillés chaque année, sans aucune amélioration de la santé des patients : davantage que le déficit de l’assurance-maladie. La France dépense de 1,3 à 2 fois plus que la plupart de ses voisins européens.

A travers ces chiffres, Bernard Debré et Philippe Even dénoncent une politique de santé publique contre-productive, une industrie pharmaceutique, qui invente de moins en moins, principalement préoccupée par le maintien de son chiffre d’affaires, et une élite médicale, parfois complice et silencieuse.

François Hollande, dont l’un des conseillers politiques, Aquilino Morelle, a corédigé le rapport de l’Inspection générale des Affaires sociales (Igas) sur l’affaire du Mediator et les réformes nécessaires, a sans doute conscience qu’une refonte du système s’impose.

Entretien (ci-dessous en vidéo) avec l’un des deux auteurs, Philippe Even, ancien doyen de la faculté de médecine de Paris et président de l’Institut Necker.

 

 

Au sommaire du dossier :

- France : la fièvre de l'ordonnance

- Cholestérol : la folie des statines

- Le syndrome de Sissi où l'invention de maladies

- 94 médicaments d'excellence

- Les 58 médicaments dangereux

- Le business des poudres de perlimpinpin

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens