Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 17:44

 

 

Des cupcakes sur le thème de la médecine (clevercupcakes/Flickr/CC)

C’est une question assez taboue que pose John P. A. Ioannidis, spécialiste en santé publique à l’université de Stanford, Etats-Unis, dans le Journal of american medical association (Jama), l’une des meilleures revues médicales au monde.

Son article « Les congrès médicaux sont-ils utiles. Et pour qui ? », paru en mars, vient de susciter une réaction inquiète de l’American heart association, qui fait converger aux Etats-Unis chaque année plus de 20 000 personnes venant d’une centaine de pays.

John P. A. Ioannidis estime qu’en incluant tous les congrès locaux, on peut estimer à 100 000 le nombre de rencontres médicales chaque année !

Bilan carbone et intérêt scientifique

Le bilan carbone de ce tourisme médical est colossal, « un luxe du passé que l’on ne peut se permettre », remarquait déjà un article du British Medical Journal en 2008, suggérant le passage à des conférences en ligne.

Surtout, dans l’intérêt de la science, mieux vaudrait supprimer ces rencontres, qui donnent une prime à ceux qui savent faire mousser leurs CV plutôt qu’aux vrais découvreurs. Les revues dites « à comité de lecture », qui sont les publications les plus reconnues, travaillent très bien à distance.

Enfin, note John P. A. IoannidisVue la dynamique des sociétés savantes et des grandes conférences, le leadership est surtout fonction de la capacité à naviguer dans les cercles de pouvoir plutôt qu’au mérite scientifique, au labeur et à l’originalité de pensée. »

« Coup porté au rayonnement des Français »

L’auteur ne propose pas directement la suppression de ces congrès médicaux, car il sait que trop d’intérêts sont en jeu, et que l’industrie pharmaceutique, qui les sponsorise, n’a pas envie de les voir disparaître.

En France, après le vote de la loi dite anti-cadeaux de 1993, une circulaire était venue rendre la loi plus indulgente. Dans la revue Prescrire de l’époque, on retrouve l’explication de ce revirement :

« Conséquence directe de cette loi, le chiffre d’affaires des restaurateurs et des agences de voyage connaît alors une baisse sensible, les annulations de participation aux congrès s’accumulent, l’émoi grandit dans le monde de la médecine, les conseils départementaux de l’Ordre des médecins reçoivent à profusion des demandes de “conventions” pour avis. »

« Certains professionnels parlent de menaces sur la formation médicale continue. Le coup sévère porté au rayonnement des scientifiques français privés de congrès. »

Le vice-président de la « revue qui dit non aux labos », Pierre Chirac, rappelle que pour lui :

« L’inutilité de ces congrès est une évidence et depuis longtemps. D’ailleurs, ceux qui y vont le savent. Ce qui compte sur le plan scientifique ce sont les publications. »

« Sélection naturelle » entre bons et moins bons congrès

Président de la Société française de cardiologie, le professeur Albert Hagège estime qu’il ne faut pas « jeter le bébé avec l’eau du bain » et regrette que les laboratoires pharmaceutiques soient devenus « le monstre qui soudoie les gens ». Il s’agace :

« Jusqu’à présent le ministère public ne fait pas de congrès ni d’enseignement post-universitaire. »

Une « sélection naturelle » serait en train de se faire, selon lui, avec une diminution du nombre de congrès. S’il reconnaît qu’il y a eu « des excès », il trouve important que les gens puissent se réunir.

Selon lui, il y a de « bons congrès »...

  • « des grands congrès qui font avancer la science comme celui de l’American heart association où 20 000 à 30 000 scientifiques font de petites réunions sur des sujets donnés » ;
  • « des petits congrès d’enseignement post-universitaire destinés à communiquer auprès des médecins de base qui souvent n’ont pas le temps de se former dans les revues »...

... et de « moins bons congrès » : les réunions organisées par les labos et qui servent surtout aux médecins à se promener aux frais de l’industrie.

Conclusion : « Mieux vaut faire des congrès de meilleure qualité et en moins grand nombre. »

Etrangement, la loi Bertrand sur le médicament, adoptée l’an dernier dans la foulée du scandale Mediator, dans le but de prévenir les conflits d’intérêts, n’a pas du tout abordé cette thématique.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans DERIVE DE LA MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens