Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 18:02


- On pourra obliger n’importe qui à suivre un traitement psychiatrique à domicile
Les totalitaires en ont rêvé, le gouvernement va le faire : après 3 jours en hôpital, une personne pourra en ressortir avec un traitement obligatoire, à savoir une camisole chimique permanente qui la rendra docile. Imaginez un psychiatre, ou un infirmier musclé, débarquant chez vous pour vous faire votre injection forcée de neuroleptique retard, une drogue qui restera active dans votre corps pendant plusieurs semaines.
- Tout psychiatre pourra décider que vous êtes fou et vous faire enfermer, sans autre forme de procès.
Auparavant il fallait, pour se retrouver enfermé, qu’un proche en ait fait la demande et que 2 médecins donnent leur aval, ou encore il fallait constituer un danger avéré pour soi-même ou autrui. Ça, c’est le passé. Un psychiatre croisé demain dans la rue qui trouve qu’un bon traitement psychiatrique vous ferait le plus grand bien peut demander que vous soyez enfermé. « Cela ne peut se passer ainsi, ils n’oseront pas ». Il n’empêche que cela devient possible. Tous aux abris !
- Vous pourrez être enfermé et ne pas être averti de vos droits
Une nouveauté encore. Vous avez des droits quand vous êtes interné. Mais, si avec la nouvelle loi, le psychiatre estime que vous n’êtes pas capable de bien les comprendre, on n’aura pas besoin de vous dire lesquels. Ce serait vraiment bien embêtant que les patients se mettent à exercer leurs droits, quelles complications inutiles !
- Vous pouvez toujours faire interner votre belle-mère. Mais si vous voulez la récupérer pour l’été, ce ne sera peut-être pas possible.
Les familles vont perdre le contrôle sur les sorties de psychiatrie. Le directeur de l’hôpital, sur avis d’un psychiatre, pourra refuser la sortie d’un patient même quand elle est demandée par la même personne ayant demandé son hospitalisation. On ne pourra que s’incliner, le psychiatre est tout-puissant.
Et les contrôles pour éviter les abus ? Bonne question. Ils ne sont absolument pas renforcés alors que les pouvoirs des psychiatres augmentent considérablement. Et pour s’en sortir, il va falloir prouver que vous n’êtes pas fou dans le présent, ce qui est très difficile, que vous n’étiez pas fou dans le passé, ce qui est encore plus difficile, et que vous ne serez pas fou dans le futur, ce qui est impossible.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCE A L'HOPITAL - dans PSYCHIATRIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens