Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 19:45

 


En effet, il est important que ceux qui vont le lire sachent bien qu’ils ne sont pas les seuls à traverser des difficultés à cause de la psychiatrie.
J’ai laissé le texte que m’a envoyé cette personne tel que je l’ai reçu car il reflète exactement ce qu’elle a vécu (bien évidemment j’ai obtenu son accord avant de le publier).

 

Témoignage.

Voilà ce que moi j’ai à dire aux psys et sur ce message. Déjà les psys des années 80!!! moi qui était homosexuelle,(et le suis toujours) internée suite à un viol de deux types salauds, internement par les flics!!!!! (Monde de déments) et face au psychiatre à peine 10 minutes!!! neuroleptiques ensuite….car surtout ne pas rester homo pour les bons psys!!!!. Mais par dessus tout ce que je déplore envers tous les psys, psychiatres, psychanalystes, psychologues, c’est leurs incompétences face à la souffrance (je parle de la souffrance dans l’âme qui fait mal, pas de psychoses où autres, juste avoir mal à un point insupportable). Est ce qu’un psys
touchera les larmes d’un patient où d’une patiente?, NON….car ça n’existe que dans les films…Je pense que les psys eux les donneurs de cachets et de piquouses!!!, avec leurs belles pancartes brillantes au mur, ne sont pas capables de gérer la souffrance humaine. Car après tout Freud l’a écrit lui même » sans amour on crève », VRAI. Mais dans un transfert (qui coûte cher et sur des années,) je ne crois pas que l’amour existe, il y a juste une espèce de lien à la con sur laquelle on pense que l’on existe super bien!!! mais la souffrance qui meurt en nous, dans nos âmes, on en fait quoi?, un psys en fait quoi????, dans ses regards de silences, ses mimiques, ses mots. Une personne qui crève du manque d’amour, et qui va voir un psy, c’est sur que le patient où la patiente va perdre son temps, de ses forces, car il faudra mettre de l’amour dans un transfert où contre transfert établit par le psy, et que le psys le voudra où la voudra comme client, pour avoir aussi du fric, (il doit vivre aussi le psys!!). Le livre récent de Michel Onfray « le crépuscule de l’idole » (sur Freud), son raisonnement n’est pas complètement faux, un psy en fait ne sert pas à grand chose….Un psy peut servir un peu, durant quelques semaines, voir un an ou trois, mais au delà!!!!, un psy s’arrangera toujours pour vous faire tout étaler de votre vie, en voulant entre les séances gagner du temps…et du pognon…..tout est ainsi fait….Vous pensez être important pour votre psys, foutaises totales!!!! le psy s’en bas les c…..Et aujourd’hui dans cette société le métier de psys n’est plus ce qu’il était, y compris dans les universités, comme quoi!!!…..Il y a des psys dangereux, psychiatres, psychanalystes, psychologues, dans ces trois job, il
y a des tarés qui prétendent soigner. Parfois parler à son chien est plus bénéfique qu’une séance!!! et plus gratifiante, et au moins c’est de l’amour gratos!!!!. Quant au monde psychiatrique des hôpitaux, l’horreur existe toujours, bien cachée…..les électrochocs existent encore bien cachés…..les « malades » qu’on laisse drogués
des jours entiers et seuls et seules, ça existent toujours. Les enfants autistes qui sont obligés d’aller dans des centres en Belgique (car pas de place en France…..!!! oui c’est dégueulasse), ils sont mis dans des sortes de cages, et les parents en France ne peuvent même plus avoir de leurs nouvelles, et ceci est VRAI.
Dans les années 90 en France un psychiatre un peu moins idiot que certains!!! avait décider de construire des petits endroits dans la nature pour y placer une vingtaine de patients et patientes, il avait virer toutes prescriptions de médicaments, et il vivait avec ses patients, car il était contre tous les grands hôpitaux psychiatriques en France.
Ce n’était pas le top son affaire, mais au moins il tentait quelque chose de plus humain dans de la liberté pour les malades, et aussi au niveau du fric, sa structure coûtait bien moins chère qu’un hôpital psychiatrique…..Les psychiatres qui bossent dans les hôpitaux ils ont des places en OR…..il faut bien le savoir. Quant aux psychiatres des villes……..avec leurs divans en cuirs!!!!…..ça craint parfois sérieusement. Un psychiatre ne donnera jamais d’amour, JAMAIS. Et parfois un patient vient juste parce qu’il crève de ce manque d’amour, on pense que c’est un psy qui en plus doit guérir cela, CONNERIES!!!!!…….
Je ne dirais pas que les psys sont des fous, je dis que beaucoup d’entre eux sont des tarés qui se servent de la souffrance d’autrui pour gagner sa vie….parfois bien merdique d’ailleurs, et c’est cela que je trouve très très moche. Mais les psys!!! C’est un monde de requins…..de menteurs et menteuses….ils se refilent les patients où patientes à leurs guises….c’est un monde ultra fermer, et ils défendent leurs professions comme des malades.
C’est un cercle interdit je vous l’assure. Je connais deux psys, juste de loin, mais je vous jure que leurs vies sont encore plus merdiques que celles de leurs patients!!!!!……Mais là ce qui m’emmerde, c’est de savoir que si j’écris là ce message, je sais que quelque part dans un hôpital psychiatrique, il y un homme, une femme, un enfant….
qui crève dans sa misère….terrible, et seul….et ce n’est pas les blouses blanches (infirmiers infirmières) qui feront en sorte que…..certainement pas….pourtant ils sont payer…pour….POUR PAS AIMER. Mais c’est tellement connu que les psys et le personnel soignant ne sont pas là pour ….AIMER. Alors les patients doivent ils eux cesser d’aimer ainsi les pys ?, la question se pose non?

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCE A L'HOPITAL - dans PSYCHIATRIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens