Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 19:39

La majorité des médecins de famille reçoivent peu ou pas d'informations sur les effets secondaires nocifs des médicaments lorsque visités par les représentants des compagnies pharmaceutiques, selon une étude internationale impliquant des médecins canadiens, américains et français, publiée dans le Journal of General Internal Medicine.

Pourtant, ces mêmes médecins indiquaient qu'ils allaient probablement commencer à prescrire ces médicaments, ce qui est consistant avec des études précédentes qui ont montré que les habitudes de prescription sont influencées par la promotion pharmaceutique.

L'étude, dans laquelle les médecins remplissaient des questionnaires sur chaque médicament promu à la suite des visites de représentants, montre que les représentants n'ont fourni aucune information sur les effets secondaires les plus fréquents ou graves et le type de patients qui ne devraient pas utiliser ces médicaments dans 59 % des cas. À Vancouver et à Montréal, aucun préjudice potentiel n'a été mentionné pour 66 % des médicaments promus. À Toulouse, les médecins étaient plus susceptibles d'être informés d'un effet néfaste.

Des risques graves n'ont été mentionnés que dans 6% des cas, même si 57% des médicaments concernés portaient l'avertissement de niveau le plus élevé imposé par la Food and Drug Administration ou Santé Canada. Cette situation est très inquiétante, estiment les chercheurs.

"Les lois dans les trois pays exigent que les représentants fournissent des informations sur les dommages autant que sur les avantages", explique l'auteure principale, Barbara Mintzes de l'Université de la Colombie-Britannique. "Mais personne ne surveille ces visites et il n'y a à peu près pas de sanctions pour la promotion trompeuse ou inexacte".

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens