Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 16:40

 

 

« Les médecins se croient libres, mais ils sont comme des poissons rouges dans un bocal. Le bocal, c’est l’information qui vient de l’industrie », ironise Philippe Foucras, président du Formindep, une association qui milite pour une formation et une information médicale indépendantes. Il n’est pas le seul à faire ce constat.
En 2007, un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) dénonçait la mainmise des firmes pharmaceutiques sur les médecins. Chaque année, elles consacrent 3 milliards d’euros aux visites médicales, 25 000 euros par généraliste. «  Ce service gratuit pour les médecins s’avère articulièrement coûteux pour la collectivité  », note l’Igas. Pour cause : les visiteurs médicaux sont là pour vendre les nouveaux médicaments, les plus chers, pas les anciens.

Pour l’Igas, «  l’influence ne fait pas de doute au sein de l’industrie pharmaceutique, où il semble admis que, dans le cas d’une concurrence entre deux produits similaires, la part dans le total des visites est corrélée aux parts de marché  ».
L’omniprésence des firmes autour des médecins se fait aussi par le truchement des leaders d’opinion, ces médecins de renom payés par les labos pour faire passer leur message dans les congrès scientifiques et les médias. Or, si les informations provenant des firmes sont efficaces commercialement, elles sont biaisées scientifiquement.
Autre moyen de pression : la formation initiale et continue des médecins, qui, par manque de moyens du service public, est sous la coupe des laboratoires privés. Tout comme la presse médicale, qui en dépend à 90 %. Une revue indépendante de référence existe, Prescrire. Seuls 15 000 généralistes sur 50 000 y sont abonnés. Pourtant, dès 1997 elle avait mis en garde les prescripteurs sur les risques de toxicité du Mediator.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens