Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 12:57

 

  • Les médicaments contre l'anxiété trop dangereux ?
  • © nikesidoroff - Fotolia.com

L'agence du médicament ANSM, a annoncé que la prescription de benzodiazépines, des médicaments utilisés contre l'anxiété et l'insomnie, doit être "la plus courte possible".

Cette recommandation survient suite à deux études, dont l'une de l'Inserm annonçant d'un risque fort de démence chez les personnes âgées de plus de 65 ans qui prennent ces médicaments.
Selon l'étude réalisée par Bernard Bégaud (Inserm/Université de Bordeaux) et Tobias Kurth, le risque serait augmenté de 50% par rapport aux personnes n'ayant jamais consommé de benzodiazépines.
"Cette association (entre benzodiazépines et démence), bien que de faible intensité, vient s'ajouter aux autres risques déjà identifiés", relève dans un point d'information l'ANSM qui reconnaît que les données disponibles à ce stade "ne permettent pas d'établir une relation entre la dose, la durée et l'effet".
La France est l'un des pays qui prescrit le plus de benzodiazépines, avec une utilisation record chez les plus de 65 ans qui sont 30% à prendre ces médicaments, contre 20% en Espagne ou au Canada et 15% en Australie. Et comme le rappelle la Haute Autorité de santé (HAS), la durée moyenne de prescription des somnifères est de 7 mois dans la population générale, et nettement plus importante chez les plus de 65 ans.
Pour diminuer cette consommation, l'ANSM rappelle que la prescription ne doit être envisagée qu'après l'échec d’autres approches médicamenteuses et qu'elle doit "être la plus courte possible", 4 semaines au maximum pour les hypnotiques (somnifères) et 12 semaines pour les anxiolytiques.
Ces médicaments ont des effets indésirables importants, notamment chez les patients les plus âgés, avec des chutes, des troubles de la mémoire et une dépendance au médicament.
L'agence du médicament rappelle également que les médecins doivent réévaluer régulièrement leurs ordonnances, car les benzodiazépines ont beaucoup d’effets indésirables dont celui fort de dépendance.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens