Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 19:10

 

Depuis peu, la France a légalisé les paris hippiques et sportifs, ainsi que le poker, sur Internet. Quelques semaines après, les « spécialistes » de l'addiction s’inquiètent car le nombre de joueurs pathologiques en France est évalué à 600 000 personnes.



Claude Olievenstein, qui avait fondé le centre médical Marmottan à Paris, était très réservé sur la question de l’addiction sans drogue.

Mais selon son successeur, le psychiatre Marc Valleur, comme pour d’autres psychiatres addictologues, les jeux en ligne vont créer de vraies pathologies.

Toujours d’après les « spécialistes », on sait que l’on est devenu «accro» quand on se dit «c'est plus fort que moi», et alors il faudrait consulter. Le traitement consisterait à découvrir les troubles psychiques sous-jacents (dépression, addiction à l'alcool ou au tabac) pour les traiter, notamment, par une psychothérapie comportementale.

Et c’est là que ça devient inquiétant : en effet, le traitement des troubles psychiques par les psychiatres étant un échec reconnu depuis longtemps, on sait très bien que, lorsque la psychothérapie comportementale aura échoué, le patient se verra prescrire des psychotropes pour « l’aider » à combattre son addiction. Or c’est aussi un fait reconnu depuis longtemps que ces « médicaments » vont au contraire diminuer la volonté du patient, et donc l’enfoncer davantage : peut-être qu’effectivement il ne sera plus « accro » aux paris sur Internet, mais c’est parce qu’il n’aura plus d’intérêt à quoi que ce soit…

Partager cet article

Repost 0
Published by violence à l'hôpital - dans PSYCHIATRIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens