Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 18:10

Réponse :

Quelques déclarations de scientifiques ou quelques articles de presse sur les véritables raisons des campagnes de vaccination.

Le Courrier d’Alis, n° 12 :

« Les médecins doivent obéir aux diktats des experts du ministère, conseillés par les marchands de vaccins, l’obtention de la couverture vaccinale étant le prétexte qui masque à merveille le mercantilisme de l’industrie pharmaceutique... »

« ...Il est heureux qu’un nombre grandissant de praticiens découvre les manœuvres de manipulation dont il est l’objet. Leur prise de conscience sera salutaire et permettra de redonner tout son sens à leur profession... »

Dr SCOHY :

« Les campagnes publicitaires en faveur des vaccins représentent un endoctrinement type lavage de cerveau...On utilise tout d’abord la désinformation, avec trucage des chiffres statistiques et amalgame savant de l’effet protecteur du vaccin avec d’autres affections et une annonce de possibilité de contagion totalement fantaisiste. Ensuite on sème la terreur, pour faire croire à l’ensemble de la population que telle maladie est effroyable, mettant au même rang de gravité une banale rougeole et une poliomyélite paralysante. Ensuite on procède à la banalisation de l’acte vaccinal... »

Dr es sciences Jacqueline BOUSQUET :

« Si les dogmes n’étaient pas aussi forts, on pourrait suggérer timidement que les divers virus sont peut-être des effets et non des causes, ou du moins qu’ils agissent en réponse à une ou plusieurs causes situées en amont : dénutrition, et absence d’eau potable principalement, mais aussi endémies anciennes, et...campagnes de vaccinations massives dans le tiers-monde.

Mais on n’a pas le droit, sous peine d’être qualifié d’hérétique. Beaucoup ont essayé depuis Pasteur, d’orienter la médecine sur d’autres voies. En vain »

Sylvie SIMON, La Dictature médico-scientifique, p. 200 :

« ...Le marché mondial des vaccins représente quinze milliards de francs, dont 6 milliards pour l’Europe... »

« ...En 1984, Charles Mérieux proposa à Charles Hernu, alors Ministre de la Défense, la création d’une double structure : une Bioforce civile pour faire de l’humanitaire d’urgence, et une Bioforce militaire pour assurer l’intendance. La première mission de cette Bioforce allait consister à vacciner 15.000 enfants à Madagascar, (cf L’Express 13 mai 1995). Cette action servit surtout à écouler les stocks de vaccins des Laboratoires Mérieux qui profitèrent ainsi de l’argent alloué à l’aide humanitaire pour faire d’énormes bénéfices.

L’institut Pasteur et le Centre de Transfusion sanguine, celui du sang contaminé, étaient également partenaires... »

Géo Magazine, septembre 1994 :

« La première action de Bioforce fut d’ entamer une campagne de vaccination sur une population exsangue, très exposée aux maladies infectieuses... »

Le Point, 20 janvier 1996

« En Inde, 80 millions d’enfants ont été vaccinés contre la polio en deux jours par le vaccin oral. Une campagne massive qui a nécessité 500.000 postes de vaccination. 2 millions d’agents et 10 millions de volontaires. 2 autres journées seront organisées en 1996 et 1997 pour le rappel... »

Dr Louis DE BROUWER :

« La vraie médecine a été remplacée par un système pharmacologique dont le seul objectif est le profit et non pas l’intérêt du malade... »

Le progrès (Lyon), publicité :

« ...BIENVENUE DANS LE CAPITAL DE RHONE-POULENC. Quand Rhône-Poulenc vaccine 20 personnes par seconde dans le monde, c’est bien pour les actionnaires... »

Celui qui vient, p. 117 :

« ...En 1977, la déclaration d’Alma Ata, donnait à l’O.M.S. (Organisation mondiale de la santé), le moyen d’étendre le Flexner Report non seulement à l’Amérique du Nord, mais au monde entier, au nom de la santé et du bien-être des populations de la Terre... »

« ...Qui contrôlait l’O.M.S. ? Là est la question et aussi la réponse : l’O.N.U., l’organisme des financiers mondiaux. De plus en plus subtilement les autorités médicales et politiques nous dépossèdent de nos biens et de nos droits et nous mutilent...C’est le régime de la terreur médicale. C’est un monopole mondial »

Dr G. LANCTOT : La Mafia Médicale, p. 125 :

« La vaccination engendre la violence sociale et le crime. Quelle meilleure façon de déstabiliser un pays...et de renforcer les contrôles policiers et militaires ?... »

« ...La vaccination encourage la dépendance médicale et renforce la croyance de l’inefficacité de notre système immunitaire. Elle crée des assistés permanents...Elle encourage la dépendance morale et financière des pays du Tiers-monde vis à vis des pays occidentaux... »

Serge MONAST (journaliste au Québec), Les services secrets des vaccins :

« ... Un grand nombre d’infirmières et de médecins se sont demandés à juste titre par rapport à cette vaccination (méningite), comment il se faisait qu’un protocole particulier soit rendu nécessaire pour l’administrer, alors qu’ils avaient l’ habitude d’administrer des vaccins. Ce protocole était d’ailleurs prévu par le gouvernement pour cette injection spécifique. Fait inusité, la manière dont il fallait incliner la seringue avec un angle particulier pour injecter ce vaccin, de même la pression très forte qu’il fallait appliquer pendant plusieurs secondes à l’endroit même où l’injection avait lieu, puis l’aiguille de la seringue qu’il fallait retirer très rapidement.

Ce fait, rattaché au protocole spécial est d’autant plus étrange dans l’administration d’un vaccin contre la méningite, qu’il ressemble en tout point à la manière dont doit être injecté un implant électronique servant à l’identification personnelle, et fabriqué, entre autres, par Texas Instruments »

Panorama du Médecin, février 1996 :

« ...La dernière génération d’implants mammaires est à base d’huile de soja...le liquide de remplissage de cette prothèse qui porte le nom de Trilucent TM, se compose de triglycéride, substance naturelle dérivant du soja biocompatible avec l’organisme humain et résorbable par celui-ci...Trilucent TM est par ailleurs muni d’un système d’identification unique en son genre qui permet un suivi à long terme de l’implant. Ce dernier est en effet muni d’une micro-puce, renfermant un code individuel auquel on accède par un lecteur manuel »

Lt Colonel John B. ALEXANDER, Military Review (U.S.), décembre 1980 :

« La possibilité de guérir ou de causer des maladies peut être transmise à distance, causant des maladies ou la mort sans cause apparente...D’autres techniques d’influence d’esprit à esprit sont considérées. Si elle est perfectionnée, cette capacité pourrait permettre le transfert direct de la pensée, via la télépathie, d’un esprit ou un groupe d’esprits, à un public ciblé choisi. Le facteur intéressant est que le récepteur ne sera pas conscient du fait que des pensées lui sont implantées de source externe. Il ou elle pensera que ses pensées lui sont propres... »

James W. MC CONNELL, Psychology Today, 1970 :

« Nous devrions réformer de sorte que nous, serions tous entraînés, dès la naissance, à faire exactement ce que la société exige de nous. Nous avons les techniques pour le faire...Personne n’est le détenteur de sa propre personnalité... Vous n’avez pas choisi la personnalité que vous. avez, et il n ’y a pas de raison de croire que vous devriez avoir le droit de refuser de recevoir une nouvelle personnalité si l’ancienne est antisociale... »

Anne MEUROIS-GEVAUDAN, Celui qui vient. Extrait de la traduction d’un document confidentiel, donné par un journaliste américain à Serge MONAST :

« Bibliothèque du Sénat des États-Unis - Audiences devant un Haut Comité du Comité sur les affectations. Maison des représentants - Haut comité du Département de la Défense » : ...Financement pour le développement du Virus du SIDA : « ...La mise en pratique du programme et des laboratoires devait être complétée pour 1974-1975, et le Virus prêt entre 1974 et 1979. L’O.M.S. commença à injecter le SIDA lié au vaccin contre la variole à plus de 100 millions d’Africains en 1977. Plus de 2.000 jeunes blancs mâles homosexuels (opération « cheval de Troie ») reçurent une injection avec le vaccin (trafiqué) de l’hépatite B en 1978...Le développement du virus avait apparemment deux buts : le premier en tant qu’arme politique et ethnique devant être utilisée contre les noirs, et le second pour réduire le taux de population... »

Robert MAC NAMARA, Ancien secrétaire d’État américain, J’ai tout compris, (N° 2, février 1987) :

« Il faut prendre des mesures draconiennes de réduction démographique contre la volonté des populations. Réduire le taux de natalité s’est avéré impossible ou insuffisant. Il faut donc augmenter le taux de mortalité. Comment ? Par des moyens naturels, la famine et la maladie... »

Dr Guylaine LANCTOT, La Mafia Médicale, p. 126 :

« Au cours du procès intenté à la C.LA., le Dr GOTLIEB, cancérologue, a reconnu avoir déversé, en octobre 1960, une grande quantité de virus dans le fleuve Congo (au Zaïre), pour le polluer et contaminer les populations qui utilisaient son eau...Le Dr Gotlieb a été nommé à la tête du National Cancer Institute... »

« ...Il est évident que l’Afrique, surtout le centre et le sud, contient des ressources fabuleuses qui ont toujours suscité la convoitise des occidentaux. Malheur à ceux qui résistent ! Les colonies ont disparu mais pas le colonialisme... »

« ...La vaccination décime les populations... Elle permet la sélection des populations à décimer. Elle facilite les génocides ciblés. Elle permet de tuer les gens d’une certaine race, d’un certain groupe, d’un certain pays... »

« ...Prenons l’Afrique comme exemple, nous constatons la disparition presque complète de certains peuples africains. Comme par hasard il y en a plusieurs dans la même région : Zaïre, Ouganda, extrême sud du Soudan... »

« En 1967, à Marburg (RFA) 7 chercheurs travaillant sur des singes verts d’Afrique, sont morts, frappés d’une fièvre hémorragique inconnue. En 1969, comme par hasard la même maladie tue 1.000 personnes en Ouganda. En 1976 une nouvelle fièvre hémorragique inconnue tue dans le sud du Soudan... puis au Zaïre... »

 

  LES VACCINS OBLIGATOIRES

Question n° 4 :

Oui, mais, en France nous avons 4 vaccins obligatoires. Ceux-là ne sont tout de même pas inefficaces et dangereux ?

Réponse :

Nous avons l’obligation d’être vaccinés contre le tétanos, la diphtérie, la poliomyélite, et la tuberculose (B.C.G.).

Prenons donc chaque vaccin l’un après l’autre.

Examinons d’abord quelques précisions de scientifiques sur les vaccins obligatoires.

 A - 1er vaccin obligatoire : LE TETANOS

Question n° 5 :

 Le vaccin contre le tétanos est-il efficace ?

Sylvie SIMON, Vaccination, l’Overdose :

« ...Dans l’armée française, la plus vaccinée des armées alliées (plus de 4 millions de vaccinations d’octobre 1936 à juin 1940) le taux de morbidité tétanique par mille blessés est resté le même pendant la campagne de 1940 qu’avant ces vaccinations massives. Dans l’armée Grecque, non vaccinée, la fréquence du tétanos au cours de la dernière guerre a été 7 fois moindre que dans l’armée française... »

Fernand DELARUE, L’intoxication vaccinale, le Seuil, 1977 :

« Dans l’armée américaine, pendant la 2e guerre mondiale, il y eut 10 millions de mobilisés, 500.000 blessés, et 12 cas de tétanos : 6 chez les non-vaccinés, 6 chez les vacciné... »

Dr F. JOET, tétanos : le mirage de la vaccination :

 « ... En 1959 EDSALL parlait déjà de l’échec du vaccin.

GOULON en 1972 a vu 10 sur 64 patients immunisés contracter le tétanos. Même chose chez BERGER en 1978 qui a noté diverses observations sur des patients bien vaccinés qui avaient malgré tout contracté le tétanos. PASSEN et ANDERSEN en 1986 citent le cas d’un homme de 35 ans qui avait contracté le tétanos malgré un taux d’anticorps 16 fois supérieur au seuil considéré comme protecteur. Il avait reçu tous les rappels dans son enfance et tous les rappels réguliers jusqu’à 4 ans avant l’ accident.

CRONE et REDER en 1992 décrivent 3 patients qui ont contracté un tétanos grave malgré un titrage d’anticorps élevé. Un de ces patients est mort. 2 d’entre eux avaient été vaccinés un an avant de contracter la maladie. L’un avait été délibérément hypervacciné afin de produire commercialement des globulines antitétaniques... »

« ... Très intéressante également cette constatation recueillie en Finlande : de 1969 à 1985, 106 cas de tétanos, ont été déclarés...66 % étaient vaccinés... On constate que toutes les vaccinations, y compris la vaccination antitétanique sont susceptibles de provoquer des formes bâtardes de la maladie, avec des symptômes déroutants et un état pathologique de difficile description. Le vaccin a-t-il été la cause déclenchant ? Il est permis de le penser... »

Sylvie SIMON, Vaccination, l’Overdose :

« ...En résumé, ce sont les pays où la vaccination est la moins pratiquée qui présentent le moins de cas de tétanos. Il se trouve que la France détient le record des cas de tétanos après le Portugal »

Dr Marc VERCOUTERE :

« ...Fâcheuse coïncidence, dans ces 2 pays cette vaccination est obligatoire... »

Question n° 6 :

 Le vaccin antitétanique est-il dangereux ?

Sylvie SIMON, Vaccination l’Overdose, p. 99 :

« ...Choc anaphylactique pouvant entraîner la mort dans les heures qui suivent la vaccination, urticaire généralisé, syndrome de Lyell, asthme, encéphalite, paralysie des nerfs respiratoires, épilepsie, complications cardiaques (infarctus, etc.) »

Dr Kris GAUBLOMME :

« ...Ce n’est pas une pratique médicale sensée que de risquer sa vie en se soumettant à une intervention probablement inefficace, afin d’éviter une maladie qui ne surviendra vraisemblablement jamais... »

Question n° 7

 Nous aurait-on caché quelque chose sur le tétanos ?

Réponse :

 1 - Science et Vie n° 678, Mars 1974 : « ... environ 50 % des malades guérissent spontanément... »

2 - Dr F. JOET,

  Tétanos, le mirage de la vaccination :

« Le chlorure de magnésium est certainement le produit qui guérit avec le plus de succès le tétanos, ainsi que d’autres maladies infectieuses comme la diphtérie, la poliomyélite...

« En 1932, le Dr NEVEU, élève du Pr DELBET, guérit une petite fille atteinte de diphtérie avec du chlorure de magnésium. Enthousiasmé par les succès obtenus sur d’autres malades atteints de diphtérie et de tétanos, le Dr NEVEU désira faire présenter un rapport à l’Académie de médecine.

Le Pr DELBET lui même, membre de l’Académie de médecine tenta de présenter ce rapport devant cet auditoire. Il écrivit au Dr NEVEU « La publication de ma communication est définitivement refusée. Le Conseil de l’Académie a trouvé, après 6 mois de réflexion, l’argument suivant : En faisant connaître un nouveau traitement de la diphtérie et du tétanos, on empêcherait les vaccinations... »

« ...L’Académie de Médecine a donc délibérément décidé d’étouffer un traitement qui aurait pu sauver des milliers de vies, mais qui aurait risqué de concurrencer une vaccination. (cela prouve quels puissants intérêts dictent à l’Académie sa conduite... »

 B - Deuxième vaccin obligatoire : le vaccin anti-diphtérique

Question n° 8 :

 Le vaccin contre la diphtérie est-il efficace ?

Réponse :

Bulletin de l’Office intérieur d’hygiène Publique, Australie 1926 : « ...La diphtérie a autant régressé dans les localités non vaccinées, que dans celles où les vaccinations avaient été recommandées... »

Lyon Médical, 23 août 1953 :

« De l’effondrement de la diphtérie sans vaccination en Allemagne occidentale et au Japon... »

Fernand DELARUE, L’intoxication vaccinale :

« En France de 1945 à 1950 les décès sont tombés de 1.839 à 121 chez les enfants de 1 à 14 ans (vaccinés) et de 517 à 34 chez les moins de 1 an (non vaccinés), soit une baisse de 93 % dans les 2 cas... »

Question n° 9 :

 Le vaccin antidiphtérique est-il dangereux ?

Réponse :

Dr TORCH, université du Nevada :

(Neurology, 1982) : « 2/3 des 103 enfants décédés de la mort subite du nourrisson avaient reçu le vaccin D. T.P. dans les 3 semaines précédant la mort. Certains même étaient morts le lendemain... »

René PLARD, Député Maire de Troyes, 15 février 1939, salle Wagram :

« ...Nous avons eu à Troyes une épidémie de diphtérie qui a pris naissance dans une colonie scolaire...J’ai demandé le secours d’un délégué du ministère qui a préconisé la vaccination. Or il se produisit une chose terrible : à la suite des piqûres, des enfants jusqu’ici sains furent contaminés. Il y eut des morts... »

N.B. Le 24 novembre 1940, le maréchal PETAIN, sur avis conforme de l’Académie de Médecine, fit de cette obligation vaccinale une Loi d’État.

Sylvie SIMON, Vaccination l’Overdose, p. 108 :

« ...Vers la fin des années quarante, on dénombra en Angleterre de nombreux cas de polio, après l’injection du vaccin antidiphtérique : 50 enfants furent admis au Guy Hospital de Londres, 65 dans les Midlands, et 40 à Saint-Paneras, ce qui amena à interdire le vaccin dans ce pays en 1950. Sur 1.308 cas de paralysie survenus en Angleterre et au Pays de Galles à cette époque chez des enfants âgés de 6 mois à 2 ans, 170 cas étaient liés à une injection antidiphtérique... »

« ...Parlant des vaccins contre la diphtérie et la variole, le Dr B. DUPERRAT de l’Hôpital Saint-Louis à Paris, a déclaré qu’ils provoquaient une explosion de leucémie... »

Dr Jean PILETTE, La poliomyélite Quel ’vaccin ? Quels risques ? (Éd. de l’Aronde 1997) :

« ...Le vaccin anticoquelucheux et le vaccin antidiphtérique sont capables de provoquer une poliomyélite située préférentiellement dans le membre inoculé... »

 C - 3e vaccin obligatoire : le vaccin anti-polio

Question n° 10 :

 Le vaccin anti-polio est-il efficace ?

Réponse :

Sylvie SIMON, Vaccination l’Overdose, p. 114 :

« ...En Californie, avril 1955, 400.000 enfants ont reçu ce vaccin, inoculé dans les écoles primaires. Au cours des 2 mois qui suivirent il y eut 94 cas de polio paralytique chez les vaccinés, 126 cas dans les familles de vaccinés, et 40 cas dans le reste de la communauté en contact avec les vaccinés... »

Dr Morton KLEIN (Philadelphie) :

« ...95% des gens sont naturellement immunisés contre la polio... »

Michel GEORGET, Vaccinations, les vérités indésirables, p. 230 :

« ...En 1956, le vaccin anti-polio est mis sur le marché. La France a environ 1.200 cas de polio, cette année-là. En 1957, le nombre de cas passe à 4.109. « Toutefois, après une chute spectaculaire en 1958, le nombre de cas s’accroissait de 60 % l’année suivante (1.600 à 2.600), malgré l’extension des vaccinations ».

Un peu comme à Niamey 30 ans plus tard, on voyait la polio s’étendre dans une population vaccinée. Cette remontée de 1959 a dû gêner nos autorités sanitaires qui l’ont camouflée... »

Question n° 11 :

 Le vaccin anti-polio est-il dangereux ?

Réponse :

Sylvie SIMON, Vaccination l’Overdose, p. 115 :

« ...Dès 1973 aux État-Unis, le Dr HEINONEN a effectué des recherches sur le taux de cancers des enfants dont les mères avaient été vaccinées contre la polio au cours de leur grossesse entre 1959 et 1965. Il a découvert que le taux de tumeurs cérébrales était 13 fois plus élevé chez les enfants nés de mères vaccinées que chez les autres... »

Science et Vie, décembre 1996 :

« Une équipe médicale du Baylor College à Houston a retrouvé le virus SV 40 dans les tissus de patients souffrant de tumeurs du cerveau et de mésothéliomes. Ce virus, reconnu cancérigène, a ainsi été injecté à 30 millions de personnes à travers le monde par le vaccin contre la polio... »

Vous et votre Santé, n°4 spécial vaccinations :

« ... une enquête réalisée par l’O.M.S. et concernant 8 pays entre 1970 et 1974, révèle que sur 360 cas de polio à forme paralytique, 205 étaient indubitablement associés à la vaccination. « ...Ceci constitue une réponse à ceux qui accusent les non vaccinés d’être des dangers pour la société puisque c’est l’inverse qui se produit, la contamination venant des vaccinés. Cette observation n’est d’ailleurs pas unique, elle est valable pour tous les vaccins à virus vivants... »

Dr Yves COUZIGOU :

« ...Les vaccinés, loin de constituer un barrage protecteur vis-à-vis des non-vaccinés, sont au contraire dangereux et peuvent contaminer le reste de la population, puisqu’il est prouvé qu’ils peuvent être porteurs et transmetteurs de virus poliomyélitiques par voie intestinale, et peut-être par d’autres voies... »

BIOCONTACT :

« ...En inoculant le vaccin antipolio contenant le STLV, a-t-on introduit dans l’organisme humain un rétrovirus capable, éventuellement, de se transformer en HTLV3, responsable du Sida ?... »

Question n° 12 :

 Nous aurait-on caché quelque chose sur la poliomyélite ?

Réponse :

Dr Jean PILETTE, La poliomyélite Quel vaccin ? Quels risques ? (Éd. de l’Aronde, 1997)

« ...Le virus se reproduit aux environs de 37 à 37,5°, mais il est détruit autour de 39 à 40°.

Or, en cas d’infection, la température monte brutalement et, si on laisse faire, aucune séquelle ne subsistera. En revanche, si l’on s’évertue à faire tomber la température grâce aux nombreux produits chimiques dont nous disposons, le virus se développera et envahira le système nerveux central... »

Sylvie SIMON, Vaccination l’Overdose, p. 123 :

« ...Le virus de la polio a été exacerbé par la vaccination antidiphtérique, provoquant des vagues épidémiques en Afrique et en Asie, dans les zones à hygiène précaire où circulent encore des virus sauvages (surtout dans l’eau).

Ailleurs, seuls les virus vaccinaux sont à l’origine de la maladie. Voilà qui devrait suffire à mettre fin à la vaccination.

On avait abandonné en, 1979, la vaccination antivariolique car ses effets secondaires étaient plus graves et plus nombreux que la maladie elle-même. Qu’attend-on pour en faire autant de la polio ?

Quant à ceux qui ont peur de la maladie, signalons que le traitement à base de chlorure de magnésium est très efficace, comme le prouvent les témoignages du Dr NEVEU... »

D - 4e vaccin obligatoire : le B.C.G.

Question n° 13 :

Le B.C.G. est-il efficace ?

Réponse :

Bulletin statistique du Ministère de la Santé, n° 1, 1974 : « ...En 1945 la Hollande était le pays d’Europe le plus touché par le fléau tuberculeux. En 1974, sans jamais avoir eu recours au B.C.G., la maladie y était totalement éradiquée. À l’inverse le fléau tuberculeux reprenait de la vigueur par-tout où le B.C.G. est encore pratiqué... »

Sylvie SIMON, Vaccination l’Overdose p. 129 : « ...Déjà à New York en 1812, le taux de mortalité par la tuberculose était de 700 pour 100.000. En 1882, il était tombé à 370. En 1904 il avait encore chuté à 180, et après la seconde guerre mondiale, il n’était plus que de 48 pour 100.000. Cette régression du mal ne s’accompagnant d’aucun vaccin... » « ...En 1973 la R.F.A. supprimait ce vaccin... »

Dr F. FREERKSEN, Directeur de l’Institut Allemand de Biologie expérimentale, Le Concours Médical, 20 avril 1974 : « ... On assiste en Europe à une régression de la tuberculose depuis environ 100 ans, donc bien avant l’introduction du B.C.G. Le dogme de l’absence de méningite tuberculeuse chez les vaccinés doit être abandonné (entre 1964 et 1968 à Menne, sur 4 méningites tuberculeuses, 2 se sont produites chez des sujets vaccinés). Devant le doute existant en ce qui concerne son efficacité, il est difficile de continuer à préconiser la vaccination systématique en Allemagne... »

Bulletin n° 57 de 1979 de l’O.M.S., Étude dans la région de Madras (Inde) sur les vaccinations B.C.G. de 1958 à 1971 administrées à 260.000 sujets (vaccins préparés à partir de souches françaises et danoises) : « ...Les résultats de cette étude démontrent que le B.C.G. n’a pas donné une protection efficace au cours des 7 premières années après la vaccination... »

Pr CHRÉTIEN, Hôpital Laénnec, Le Panorama du Médecin, n° 4290 : « ...La vaccination antituberculeuse n’est qu’approximative et ne peut en aucun cas éliminer l’endémie qui sévit actuellement en France... »

Pr REY, Thérapeutiques, janvier 1996 : « ...Le B.C.G. ne fera pas disparaître la maladie. A la limite le B.C.G. gêne la lutte contre la tuberculose... »

LE MONDE, 8 août 1996 : « ... Le retour de la tuberculose pousse le B.C.G. à la retraite... »

LE POINT, 23 janvier 1993, Tuberculeuses et pourtant vaccinées : « ...Les quelque cent infirmières des Hôpitaux de l’Assistance Publique de Paris qui ont été contaminées ces cinq dernières années étaient vaccinées... »

Question n° 14 :

Le B.C.G. est-il dangereux ?

Réponse :

Sylvie SIMON, Vaccination l’Overdose, p. 137 : « ...Le B.C.G. bovin a été interdit en 1955 après 20 ans d’utilisation, en raison d’une tuberculinisation rendant la viande impropre à la consommation. Il reste cependant obligatoire en France pour les humains. Aurait-on moins d’égard envers nos enfants qu’envers nos vaches... »

Dr TUBERY, Vous et votre santé, 4e Trimestre 1996 :

« ...La tuberculose reste en France un phénomène marginal. En outre cette maladie se soigne bien. Par contre on est certain que de nombreux enfants deviendront des bronchitiques, des asthmatiques, des allergiques de toutes sortes, à la suite de cette agression sauvage du système immunitaire...

Combien deviendront allergiques à cause de ce vaccin ? Des dizaines de milliers tous les ans. Et n’oublions pas que l’asthme aussi peut tuer. Le rapport qualité-prix dans ce cas ?...Le français moyen aura droit par contre aux publicités télévisées sur le vaccin contre la grippe ou contre les oreillons, avec une argumentation d’un niveau intellectuel et moral aussi pitoyable que celui de la pub pour les voitures de luxe ou les boites de conserve... »

LE PARISIEN, 25 février 1998 :

« ...Des vaccins ont pu transmettre la maladie de la vache folle, suite à la découverte par des chercheurs britanniques que la contamination pourrait bien se faire par le biais des produits sanguins entrant dans la composition des vaccins... »

SCIENCE ET VIE, octobre 1996 :

« ...La préparation de vaccins contre les maladies virales passe obligatoirement par des cellules de cultures animales ou humaines. Il n’est pas exclu qu’un sérum puisse être contaminé par un virus qu’on n’a pas spécifiquement recherché... »

PROFIL, 13 juillet 1989 :

« ...Le Pr COSTIL de l’hôpital Trousseau à Paris, avait pu observer 8 cas de méningite tuberculeuse survenus entre 1978 et 1988 chez des enfants vaccinés avec le B.C.G. Parmi ces 8 cas il y avait eu 2 décès, 3 cas avec de graves séquelles neurologiques, et seulement 3 guérisons... »

Dr F. FREERKSEN, Directeur de l’Institut de Biologie expérimentale Allemand, Le Concours Médical, 29 avril 1974 :

« ...La vaccination par le B.C.G. sans indication particulière n’a que des inconvénients et présente des dangers... »

Pr GRANDGEORGE, Le quotidien du médecin, 9 septembre 1992, B.C.G. et Sida :

« ...À chaque vaccin on essaime dans la population 240.000 bacilles de tuberculose bovine. Est-ce encore licite dans une Société où les maladies déprimant l’immunité, telle Sida, se développent à grands pas ? Reprenons le Vidal de 1992 : le B.C.G. est déconseillé en cas de séropositivité V.I.H. Or aucun médecin vaccinateur en milieu scolaire ne semble s’inquiéter de la séropositivité des enfants qu’il soumet au B.C.G. Lorsque j’ai soulevé cette question, le médecin responsable de la D.A.S.S. de mon département m’a répondu « nous prenons des risques, mais ils sont faibles et on ne peut pas faire d’omelette sans casser des oeufs... »

Dr Jean ELMIGER, La médecine retrouvée, (Éd. Léa, 1984), p. 128 :

« ...Le lancement du B.C.G. est un modèle de gangstérisme économique, une gigantesque et malhonnête opération commerciale. Rien ne manque au scénario : un inventeur farfelu, des expériences de laboratoire truquées, un vernis pseudo-scientifique, des statistiques tronquées, une publicité éhontée, l’appui acheté des mandarins, et, suprême astuce, la gratuité du produit... financé par le contribuable !

Tout cela ne sort pas de l’ordinaire ; le public français est habitué aux scandales. Mais ce qui est propre au B.C.G., et qui atteint les sommets du machiavélisme, c’est l’ultime manoeuvre, réussie, de coercition diabolique imaginée par les promoteurs. Car CHAVANON révèle que les 20 familles qui tiennent la santé en otage (entendez : son enseignement, ses laboratoires, ses temples... et son commerce) ont réussi le tour de force de faire voter en 1949, à la sau¬vette, par l’Assemblée Nationale, et par le Conseil de la République, l’obligation vaccinale le pour le B.C.G. ... »

« ...Quand un car dégringole un ravin avec 40 écoliers à son bord, le drame fait la une des journaux dans le monde entier. Les centaines d’enfants tués chaque année par le B.C.G. restent anonymes...La poule aux oeufs d’or de l’Institut P... finirait en court-bouillon ! Le corps médical ne doit en aucun cas en être informé... »


 

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans DERIVE DE LA MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens