Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 21:05
  • La médecine serait-elle devenue folle ? Et nous, serions nous devenus fous de nous en remettre les yeux fermés à la toute puissance du médecin et de la science ?
  • C’est en substance ce que défend le journaliste Marc Menant dans son dernier opus : la médecine nous tue*. Et ce ne sont pas les vaccins qui vont nous sauver. Le journaliste estime en effet que la politique vaccinale menée actuellement est tout simplement une aberration.
Marc Menant :

 

Pensez-vous que certains vaccins soient dangereux ?

Oui, la toxicité des vaccins ne fait pas de doute. Elle a été démontrée pour de nombreux vaccins comme par exemple l'hépatite B qui a provoqué une controverse. Mais c'est loin d'être le seul vaccin qui pose problème. Des liens ont aussi été établis entre le vaccin rougeole-oreillons-rubéole et l'incidence de l'autisme chez les enfants. Par ailleurs, la plupart des vaccins contiennent de l'aluminium à des doses néfastes. De l'aveu même de l'organisation mondiale de la santé, les vaccins contre le tétanos, le rougeole ou la tuberculose contiennent 50 à 80 fois trop d'aluminium. Mais ce qui est encore plus inquiétant c'est que ces vaccins dangereux et couramment utilisés n’ont pas démontré leur réelle efficacité.

 

Vous trouvez que l'on vaccine trop en France ?

Bien sur que l'on vaccine trop ! Il n'y a qu'à voir les tout petits. Dès leur deuxième mois les nouveaux-nés subissent quatre vaccins. Si l'on prend en compte les rappels, c'est un cocktail de 20 vaccinations que reçoivent les enfants avant l'âge de 9 mois. C'est pourtant aberrant de vacciner des enfants si petits alors même que leur système immunitaire n’est pas encore formé.

 

Vous voulez dire qu'ils sont inefficaces ?

Prenez le BCG par exemple. Ce vaccin est devenu obligatoire en 1950 alors que dès 1940 la France ne présentait plus qu'une cinquantaine de cas de tuberculose. L'épidémie s'était éteinte toute seule bien avant la vaccination.

Mais d'autres vaccins sont également inefficaces. Prenons par exemple le cas de la grippe. Chaque année les autorités sanitaires mettent en oeuvre de grandes campagnes pour inciter les personnes âgées à se faire vacciner. Pourtant si l'on regarde les études, les chiffres montrent qu'au mieux le vaccin a une efficacité de 23 %. Pire : cette efficacité décroît chez les plus de 65 ans. Et ce sont justement eux que les autorités encouragent à se faire vacciner. La contradiction est phénoménale.

 

Y'a-t-il d'autres vaccins que vous jugez inutiles ?

Bien sur, regardez parmi les derniers venus sur le marché, comme le Gardasil, censé protéger les jeunes filles contre un hypothétique futur cancer du col de l'utérus. Ce vaccin fait un vrai tapage et les campagnes encourageant à faire vacciner les adolescentes fleurissent. Pourtant si l'on se penche sur les prospectus du laboratoire, il est écrit en tout lettre « le papillomavirus est commun et la plupart du temps il est éliminé pas l'organisme. » En fait dans ¾ des cas cette infection se guérit toute seule. Et pourtant le vaccin est recommandé à toutes ! Et ça n'est pas près de s'arrêter : à l'heure actuelle 244 vaccins sont en attente d'homologation...

 

Que pensent les médecins de ce discours d'après vous ?

Pour la plupart des médecins, la question de vacciner ou ne pas vacciner ne se pose même pas. Les médecins sont convaincus que les vaccins sont absolument nécessaires et très peu d'entre eux sont prêt à concevoir que ce système fait plus de mal que de bien.

 

Êtes-vous vacciné ?

Non, je ne fais aucun vaccin, ni pour moi, ni pour mes enfants.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans DERIVE DE LA MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens