Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 18:53

Par figaro iconJudith Duportail - le 30/01/2013

PORTRAIT - Ancien médecin généraliste, romancier et enseignant au Canada, Martin Winckler a répondu à plus de 10.000 mails de femmes s'interrogeant sur leur contraception.

Que faire si je prends une pilule 3e ou 4e génération? Mon stérilet peut-il m'empêcher de maigrir? Suis-je obligée de me montrer nue devant un gynécologue? L'ancien médecin généraliste, auteur de La maladie de Sachs et du Choeur des femmes, Martin Winckler s'efforce de répondre à toutes ces questions sur son site Internet. Le Français de 58 ans Marc Zaffran, de son vrai nom, crée Winckler's webzine en 2003, après avoir été chroniqueur pendant un an sur France Inter. «Un auditeur de l'émission, qui était webmestre, m'a proposé son aide», raconte-t-il. Il signe Martin Winckler en hommage à Georges Perec, du nom d'un des personnages de La vie, mode d'emploi.

Depuis la création du site, plus de 10.000 femmes lui ont adressé des mails pour lui faire part de leurs interrogations. Il a depuis publié chaque réponse, qu'il accompagne de références scientifiques. Médecin mais aussi oreille attentive, parmi tous les courriers qu'il a reçus se trouvent de nombreux témoignages de la part de femmes qui se sont senties jugées par le corps médical. «On les culpabilise à 35 ans de ne pas vouloir d'enfants, on les accuse de se retrouver enceintes quand elles en ont 22, on les juge quand elles ont plusieurs partenaires, on les regarde avec un drôle d'air si elles attrapent une MST», regrette Martin Winckler. «La grande majorité des médecins sont misogynes et ne prennent pas au sérieux ce que leur disent leurs patientes», soupire-t-il.

«Je croyais que les femmes avortaient parce qu'elles faisaient n'importe quoi»

Fils de médecin, Martin Winckler s'intéresse particulièrement à la contraception depuis son passage dans un centre de planification entre 1984 et 2008, où il a pratiqué des avortements. «J'ai pris conscience de combien les femmes manquaient d'information. Avant, je croyais que les femmes avortaient parce qu'elle faisaient n'importe quoi, étaient irresponsables. J'ai compris qu'elles avortaient parce qu'elles étaient mal informées.» Il publie en 2007 Contraception mode d'emploi, dans lequel il alerte sur les risques des pilules de troisième et quatrième génération. «J'ai aussi parlé des risques de Diane 35 sur mon site dès 2003», s'insurge Martin Winckler.

Son site totalise aujourd'hui autour de 100.000 visiteurs uniques par mois. Il continue de le tenir à côté de son activité d'enseignant à Montréal. «J'écris environ deux articles par semaine», indique-t-il. A côté du courrier des lectrices, Martin Wincler poste aussi des éditos, dans lesquels il se montre très sévère envers le corps médical. Il lui reproche pêle-même son manque de curiosité, d'humilité, et sa trop grande dépendance aux laboratoires pharmaceutiques. «Le problème de Diane 35 a été signalé au Canada par les services de santé en 2002, un scandale similaire à celui que nous vivons aujourd'hui en France a éclaté en 2005. Mais bien sûr, les médecins français ne s'y sont pas intéressés, alors qu'Internet existe! Les médecins n'ont aucune excuse pour ne pas être au courant», peste-il. Ses prises de position polémiques lui attirent parfois la colère de ses confrères, qui lui reprochent d'être donneur de leçons. «Tu fais chier, Winckler», écrit un médecin généraliste sur son blog. Réponse de l'intéressé: «Je fais chier, mais j'assume».

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens