Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 18:59

 

Les dépassements tarifaires des médecins libéraux ont atteint 2,4 milliards d'euros en 2011. Le gouvernement donne le coup d'envoi d'une négociation pour tenter de les limiter.

Médecins : les dépassements de tarifs progressent encore

Toujours plus de dépassements tarifaires. Les derniers chiffres de l'assurance-maladie sur le niveau des dépassements d'honoraires pratiqués par les médecins libéraux en 2011 sont sans appel : ils ne cessent de progresser, menaçant l'accès aux soins pour tous dans certaines régions et pour certaines spécialités. Ils ont atteint 2,4 milliards d'euros l'an dernier. Du jamais-vu.

François Hollande a promis de s'attaquer au problème. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, doit adresser aujourd'hui une lettre au conseil de la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) lançant une négociation avec les syndicats de praticiens libéraux et les organismes complémentaires (mutuelles, assurances et institutions de prévoyance). Une première réunion est prévue le 25 juillet, et le gouvernement a promis des mesures dans la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013.

Les statistiques de l'assurance-maladie parlent d'elles-mêmes. La part des spécialistes exerçant en secteur 2, où les dépassements de tarifs sont autorisés, est passée de 30 % en 1985 à 41 % en 2011, selon les données que le conseil de la CNAM examine demain. Le record revient aux chirurgiens : 86 % d'entre eux pratiquent des dépassements, contre moins de 80 % en 2005 et 55 % en 1985. Ils sont suivis par les ORL (56 %), les gynécologues (55 %) et les ophtalmologues (54 %). Le problème ne se pose pas vraiment pour les généralistes. Ils ne sont que 10 % à exercer en secteur 2, et ce taux diminue d'année en année.

Fortes disparités régionales

Non seulement les spécialistes sont toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements, mais les sommes demandées aux patients sont de plus en plus élevées. Le taux de dépassement moyen est passé de 37 % du tarif de la Sécu en 2000 à 55 % en 2011. Il atteint 60 % pour les ophtalmologues, 65 % pour les pédiatres et même 77 % pour les gynécologues. Des niveaux que toutes les mutuelles ne prennent pas en charge, loin de là. L'assurance-maladie constate « d'indéniables difficultés d'accès aux soins, compte tenu de l'importance des restes à charge », et appelle à « une réforme structurelle ». Le phénomène ne pourra que s'amplifier car près de six jeunes spécialistes sur dix s'installent désormais en secteur 2. Celui-ci progresse particulièrement vite chez les ORL, les anesthésistes et les gynécologues.

Les disparités sont fortes : toutes les régions ne sont pas concernées de la même façon, ni tous les praticiens au sein d'une même spécialité. Le problème est flagrant en région parisienne, dans les Alpes-Maritimes, le Rhône ou la Gironde. A Paris ou dans les Hauts-de-Seine, les taux de dépassement moyens des chirurgiens atteignent... 150 % ! « A l'inverse, ils sont beaucoup plus modérés dans les zones rurales », relève la CNAM. Dans une vingtaine de départements, le dépassement moyen est inférieur à 25 % du tarif remboursable.

VINCENT COLLEN

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans DERIVE DE LA MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens