Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 19:19
  Imprimer  Envoyer par email
 
 Les autorités sanitaires font-elles correctement leur travail en France ? Non, si l'on en croit « Prescrire ». La revue dévoilera ce jeudi sa liste des « médicaments plus dangereux qu'utiles », ceux pour lesquels elle a demandé aux pouvoirs publics le retrait en raison des risques sanitaires disproportionnés qu'ils présentent par rapport aux bénéfices qu'ils apportent. « Certains sont nouveaux, d'autres sont plus ou moins anciens mais encore autorisés, disponibles et promus » regrette Prescrire dans un courrier adressé il y a quelques jours à ses abonnés pour annoncer cette opération.

Cette liste noire, qui compile les alertes lancées par la revue depuis 2010, fera l'objet d'un dossier spécial à paraître dans le numéro daté de février. Exceptionnellement, ces informations seront publiés en libre accès sur son site Web.

Interpeller l'administration

Une véritable opération de communication qui vise à interpeller les pouvoirs publics accusés par la revue d'exposer les patients à des risques injustifiés « notamment sous la pression d'intérêts particuliers. »

Hasard du calendrier, l'initiative intervient alors que l'Agence nationale de sécurité du médicament annonce la suspension de Diane 35, un antiacnéique également prescrit hors AMM comme contraceptif, mais qui présente selon l'ANSM un rapport bénéfice sur risque insuffisant. En 1982, « Prescrire » alertait la communauté médicale sur les « risques de voir ce médicament antiacnéique [Diane, commercialisé 5 ans avant Diane 35] devenir un contraceptif largement prescrit. » C'est visiblement ce qui s'est passé.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens