Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 15:37

Mis à jour le Vendredi 12 Avril 2013

En France, de nombreux laboratoires et médicaments ont été mis en exergue suite à des problèmes d’utilisation et effets secondaires. Mais une étude de l’Université de Colombie-Britannique (Canada) révèle que les médecins sont très généralement mal informés sur les effets secondaires des médicaments.

Publiée dans le Journal of General Internal Medicine, cette étude affirme que la plupart des médecins généralistes ne sont pas informés lors des visites médicales des effets secondaires des médicaments.
Cette étude menée entre 2009 et 2010 via des questionnaires remplis par les médecins après chaque visite médicale est extrêmement documentée et complète.
255 médecins ont participé et ont répondu au questionnaire à la suite d’un total de 1.692 visites médicales. Le but du questionnaire, était de comprendre et d’analyser les informations transmises aux médecins par les visiteurs médicales.
En conclusion, l’enquête révèle que dans la majorité des cas, sauf en France, les visiteurs médicaux ne donnent aucune information sur les effets secondaires les plus fréquents ou les plus dangereux, et qu’ils ne précisent pas le type de malade pour qui le médicament est contre-indiqué.
Les médecins affirment que la bonne délivrance des informations de sécurité est limitée à 1,7% des visites. L’étude montre aussi que les informations sur les effets secondaires sont fréquemment données à Toulouse (61%), moins à Montréal , Vancouver (34%) ou Sacramento (39%). Il apparait aussi que les événements indésirables graves ne sont déclarés qu’à 5%. Pourtant 45% des visites médicales concernaient des médicaments dangereux.
Malgré cela, les médecins considèrent néanmoins la qualité de l'information scientifique bonne ou excellente dans 54% des cas et se déclarent « prêts à prescrire » dans 64% des cas le médicament présenté.
Barbara Mintzes, auteur principal de l’étude, révèle qu’il est extrêmement rare que les visites médicales soient contrôlées et que des sanctions soient prises pour de mauvaises informations fournies.
Elle constate donc que les risques secondaires graves ne sont mentionnés que dans 6% des visites médicales.
La France semble se détacher ! En effet, les enquêtes menées à Toulouse montrent que les médecins ont été mieux informés des effets secondaires par la visite médicale. Les chercheurs attribuent ces différences au fait que les visites médicales en France soient plus réglementées.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans DERIVE DE LA MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens