Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 19:39

La méphénésine est un relaxant musculaire avec des effets psychotropes, à l'origine d'abus et de dépendances. Autant se passer de la méphénésine, surtout chez des patients ayant des antécédents d'abus et de dépendance.

La méphénésine est un relaxant musculaire dont l'utilité clinique est mal évaluée et limitée, avec des effets sédatifs connus depuis longtemps. Ses effets indésirables sont principalement des somnolences, des nausées, des vomissements, et des réactions allergiques graves.

En France, au cours des années 2010, une augmentation des cas d'abus et de dépendance à la méphénésine a été observée. La majorité de ces patients avaient des antécédents de dépendance à d'autres psychotropes, substances licites ou illicites, ou médicaments. Pour la majorité des patients dépendants de la méphénésine, la consommation journalière a été 4 fois supérieure à la dose maximale recommandée, environ 12 g de méphénésine par jour, soit une boîte par jour de comprimés dosés à 500 mg.

Les patients décrivent les effets recherchés comme des effets sédatifs, euphorisants et "planants", ou un soulagement d'une douleur physique ou psychologique. Dans trois cas, le sevrage a été suivi de symptômes de sevrage tels des tremblements, de l'anxiété et de l'agressivité.

Pour soulager les contractures musculaires douloureuses, un repos de courte durée et le paracétamol aident parfois les patients. Autant ne pas commencer de traitement par la méphénésine, qui expose à un risque de dépendance.

Les patients prenant de la méphénésine ont intérêt à être informés du risque de dépendance, et mieux vaut leur proposer un arrêt progressif. Face à des demandes réitérées de méphénésine, la conduite à tenir est similaire à celle face à d'autres dépendances.

Au total, autant se passer de la méphénésine, surtout chez des patients ayant des antécédents d'abus et de dépendance.

©Prescrire 1er mars 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens