Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 19:50

C’est fou les excuses que peu trouver la psychiatrie pour excuser son inhumanité. J’enrage. (webmaster)

Pas assez de lits à l’hôpital: l’ado anorexique dort par terre

Cette adolescente de 14 ans a été admise fin janvier au service de psychiatrie juvénile de la Fondation Lenval, un établissement hospitalier de Nice, dans les Alpes-Maritimes.
Une admission pour des problèmes d’anorexie.

Et, durant quatre semaines, l’adolescente a dormi par terre, sur un matelas posé à même le sol, car le service ne disposait pas de lit pour accueillir la jeune fille, selon LCI.
C’est seulement quand un autre malade a quitté le service que la jeune patiente a pu enfin dormir dans un lit.

Le beau-père de l’adolescente a précisé au micro de France Bleu Azur que «lorsque nous nous sommes étonnés de cette situation auprès du personnel, on nous a répondu que le service manquait de lits et qu’il fallait attendre.»

Le directeur de la Fondation Lenval a précisé qu’il ne pouvait «ni confirmer ni infirmer ce cas précis», précise LCI.

Ajoutant toutefois qu’il arrivait «assez régulièrement à l’établissement de manquer de lits au point de devoir trouver des solutions.»

Le directeur semble toutefois étonné par la durée de la situation:

«Quatre semaines me paraît énorme».

Pour Bernard Lucat, il est certain que «s’il faut choisir entre refuser l’admission d’un adolescent en danger et le recevoir dans des conditions hospitalières déficientes, j’assume la seconde solution.»

Le service de pédo-psychiatrie de Lenval est l’unique établissement des Alpes-Maritimes à recevoir des adolescents en urgence.

Et il ne dispose que de vingt lits…

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans PSYCHIATRIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens