Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 19:00

Par LEXPRESS.fr, publié le 25/01/2013

Une enquête préliminaire a été lancé en réponse à la première plainte de décembre contre la pilule Méliane. 


Pilule: enquête préliminaire après la 1ère plainte contre Bayer

Quatorze pilules contraceptives de marques différentes sont ciblées par des plaintes: Yaz, Jasmine, Désobel 20 et 30, Monéva, Carlin 20, Désogestrel 20, Harmonet, Varnoline, Mélodia, Gestodène 30, Jasminelle et Mercilon.

MYCHELE DANIAU / AFP

L'enquête est ouverte. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la première plainte déposée en décembre contre la pilule Méliane des laboratoires Bayer. L'enquête a été confiée à l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp).  

Cette première plainte déposée par Marion Larat, 25 ans, handicapée à 65% depuis un AVC, vise également le directeur général de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Elle avait été initialement déposée auprès du parquet de Bobigny, dont dépend le siège de l'ANSM. Le pôle Santé de Paris, qui en a été saisi fin décembre devait également être saisi des 14 nouvelles plaintes déposées jeudi au tribunal de Bobigny. 

Ces 14 plaintes visent quatorze pilules contraceptives de marques différentes: Yaz, Jasmine, Désobel 20 et 30, Monéva, Carlin 20, Désogestrel 20, Harmonet, Varnoline, Mélodia, Gestodène 30, Jasminelle et Mercilon. Prescrite comme contraceptif, Diane 35, qui ne fait pas partie des pilules de 3ème ou 4ème génération, est aussi visée par une plainte. 

Le laboratoire fait l'objet de plusieurs actions en justice aux Etats-Unis

La plainte de Marion Larat, déposée contre Bayer pour "atteinte involontaire à l'intégrité de la personne humaine" est une première en France, le laboratoire faisant en revanche l'objet de plusieurs actions en justice aux Etats-Unis. Ces démarches judiciaires en France viennent relayer des critiques contre les pilules contraceptives de 3ème génération. 

L'Agence du médicament avait lancé plusieurs alertes dans le passé sur les risques thrombo-emboliques liés à la prise de ces pilules, utilisées aujourd'hui par 2,5 millions de femmes en France. L'Agence avait préconisé qu'elles ne soient prescrites qu'en second recours. La ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé le déremboursement de ces pilules à partir du 31 mars

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens