Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 18:48

Les pilules contraceptives

piluleTout a commencé en décembre 2012 avec la plainte de Marion Larat, pour atteinte involontaire à l'intégrité de la personne humaine contre le directeur général de Bayer Santé et contre le laboratoire Bayer au sujet de la pilule contraceptive. Cette jeune femme de 25 ans aujourd’hui lourdement handicapée prenait en effet la pilule de troisième génération Meliane depuis quatre mois lorsqu'un accident vasculaire cérébral (AVC) l'a plongée dans le coma. Elle a accusé cette pilule, fabriquée par le géant pharmaceutique allemand Bayer, d'avoir provoqué son accident vasculaire cérébral. La commission régionale de conciliation et d'indemnisation des accidents médicaux de Bordeaux a d’ailleurs reconnu en juin 2012 l'imputabilité de l'AVC à la prise de la pilule.

Les laboratoires qui fabriquent les contraceptifs oraux de 3e génération et de 4e génération, ne nient pas les risques accrus de thrombose liés à la prise de leurs pilules mais ils se protègent juridiquement en affirmant que les risques sont mentionnés sur les notices d’utilisation. Or, à l'époque où Marion prenait Meliane, en 2006, la notice ne mentionnait pas l'augmentation du risque thromboembolique artériel par rapport aux contraceptifs oraux de 2e génération. En savoir plus…

Mais qu’est-ce qu’une pilule 3ème génération ? La plupart des pilules associent deux types d'hormones, identiques à celles produites par la femme : oestrogène et progestatif. La différence entre les générations est la nature de leur progestatif. La pilule 3ème génération contient pour progestatif du désogestrel, du gestodène ou du norgestimate et celle de 4e génération contient de la drospérinone. La pilule 2éme génération, quant à elle, contient du lévonorgestrel. Sur les 5 millions d’utilisatrices de pilules contraceptives, entre 1,5 et 2 millions de femmes utilisent une des nombreuses pilules de 3ème génération sur le marché.

La polémique sur les dernières générations de pilule est liée à l’augmentation du risque de thrombose artérielle et de thrombose veineuse.

Les risques de phlébite et d'embolie pulmonaire générés par la pilule dépendent entre autre de la nature du progestatif (qui varie suivant la génération).

Cependant, quel que soit le contraceptif, le danger est maximal dans la première année d'utilisation. Selon l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament, une thrombose veineuse est attendue chez :

- 0,5 à 1 femme pour 10 000 femmes non utilisatrices de pilule

- 2 femmes pour 10 000 utilisatrices de pilule 2ème génération

- 3 à 4 femmes pour 10 000 utilisatrices de pilule 3ème et 4ème génération

Selon l’Ansm, les contraceptifs oraux provoqueraient chaque année 2 529 accidents thromboemboliques veineux dont 1 751 sont attribuables aux pilules de 3ème et de 4ème génération. Ils entraineraient également 20 décès par an: 6 décès attribuables aux pilules de 1ère et de 2ème génération et 14 à la pilule de 3ème et de 4ème génération. En savoir plus…

Les médecins ont désormais pour consigne claire d'expliquer que ce sont les pilules 2e génération qui doivent être prescrites la première fois et que les 3ème et 4ème génération comportent des risques supplémentaires de thrombose. La pilule 3ème génération ne sera plus remboursée à partir du 31 mars 2013.

D’ailleurs, l'ANSM a décidé de suspendre à partir du 21 mai 2013 l'autorisation de mise sur le marché (AMM) de Diane 35 et de ses génériques, des médicaments indiqués dans le traitement de l'acné chez la femme, mais également utilisés comme contraceptifs oraux.

L’agence a pour l'instant fait état sur ces 25 dernières années de quatre décès imputables à une thrombose veineuse liée à Diane 35. Ce médicament est prescrit, actuellement, à plus de 300 000 femmes en France.

Vous voulez connaitre la génération de votre pilule et savoir ce qu’il faudrait faire si vous prenez une pilule de 3ème ou 4ème génération ? Cliquez ici pour consulter les conseils de nos médecins…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens