Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 11:29

 Notre ministre de la santé pouvait se prononcer en experte sur le fait que "Le métier de visiteur médical doit évoluer", puisqu'elle est elle-même une ancienne visiteuse médicale.

De tels liens ne sont jamais anodins; ils peuvent induire des conflits d'intérêts même à distance, et on doit s'interroger lorsqu'un élu qui représente l'intérêt public, l'intérêt général, cache pendant quelque temps une partie de son passé, et notamment ses 12 ans de travail pour l'une des industries les plus puissantes qui soient: celle pharmaceutique. (Globalement, cela va de 1969 à 1989, avec un trou non explicité au milieu; peut-être 20 ans en tout?).

Industrie dont on sait qu'elle entretient aussi l'un des lobbies les plus actifs, les plus acharnés et qui ont le plus d'influence sur les hommes politiques, y compris au sommet de l'Etat, comme on peut le voir en lisant cette note, qui mentionne aussi la ministre de la Santé: "Plan Alzheimer et conflits d'intérêts: les Sarkozy, Sanofi, la recherche publique et les franchises médicales... Les deniers publics feront les profits privés".

 

Je reprends le contenu de l'ancienne note et le complète, parce qu'il me semble qu'il est dans notre intérêt de nous demander quels liens elle a encore avec les laboratoires, et s'ils sont pour quelque chose dans les décisions récentes de vacciner massivement contre la grippe A H1N1, ou encore de vacciner massivement par Gardasil les jeunes filles de 14 ans. (Sachant qu'Astra Zeneca a des intérêts dans la commercialisation du Gardasil, comme je l'ai montré dans cette note. On verra plus bas pourquoi je parle d'Astra Zeneca en particulier).

Le passé peut créer des relations et des obligations durables, il dote les élus d'un carnet d'adresses qui peut les amener à mélanger intérêt général et intérêts particuliers, et c'est la raison pour laquelle ils doivent être d'une parfaite transparence là-dessus. Or c'est précisément cette transparence qui manque. D'autant plus qu'il ne semble pas s'agir d'une simple omission, mais de l'effacement d'un intervalle de 20 ans d'activité - de 1969 à 1989 - pour l'industrie pharmaceutique; ils disparaissent purement et simplement du CV de Roselyne Bachelot, pendant près de 10 ans.

Dans cette note de 2002 du site Dissident Media, on peut lire ceci: "La vie de Roselyne Bachelot ressemble parfois à une jolie légende. Née le 24 décembre 1946 "à minuit", à Angers, fille de chirurgiens-dentistes, elle fait des études de médecine, se marie, interrompt ses études, devient visiteuse médicale. Entrée au RPR dès sa création, en 1976, elle démarre sa carrière politique à l'âge de 30 ans, sous l'il de son père, l'ancien député gaulliste Jean Narquin. Ses ennemis politiques critiqueront dès lors la "fille à papa". La pharmacienne est élue conseillère générale en 1982. Battue aux municipales à Angers, en 1995, elle est élue députée en 1988 grâce à son père qui se désiste en sa faveur, au dernier moment."


Visiteuse médicale, donc.


Lorsqu'on veut en savoir plus, on trouve ces précisions sur le site du SNMRHP (Syndicat national des médecins réanimateurs des hôpitaux publics) : "Docteur en pharmacie, Roselyne Bachelot a occupé, avant d'entrer dans la politique au début des années 1980, le poste de déléguée à l'information médicale au sein du laboratoire ICI Pharma (devenu Astra Zeneca depuis) et chargée des relations publiques chez Soguipharm".

Pour la précision, notons que ICI Pharma est un conglomérat britannique géant fondé dans les années 20, spécialisé surtout dans les produits chimiques, comme l'indique son nom: Imperial Chemical Industries. C'est en 1993 qu'ICI Pharma s'est séparé de ses branches agrochimiques, biologiques, pharmaceutiques, agricoles, qui ont été transférées à une compagnie nouvelle appelée Zeneca Group. Celui-ci a fusionné par la suite avec le suédois Astra AB pour donner la multinationale Astra Zeneca. D'où mon interrogation sur le Gardasil.


Sur le site Atoute, on peut voir l’ancienne version du CV de Roselyne Bachelot, qui va jusqu'en 2000 et indique ceci : "Déléguée à l’information médicale, laboratoire Ici Pharma – de 1969 à 1976. Chargée des relations publiques – Soguipharm – de 1984 à 1989. Titulaire d’une pharmacie de 1984 à 1991". (Je n'ai pas trouvé de précisions sur Soguipharm, sur la firme qui l'a absorbé. Pas non plus sur les années 1977 à 1983. A-t-elle eu des contrats de courte durée avec des firmes? A-t-elle fait une pause? Mystère. En tout cas, dans l'ensemble, cela va de 1969 à 1989).


 

 

Bachelot CV initial.jpg

Toute trace de ces activités disparaît de son nouveau CV, et ce pendant plusieurs années. Ce serait intéressant de savoir ce que pensent les visiteurs médicaux de cette façon inédite de valoriser leur travail, en niant son existence...

Mais surtout, il faut se demander quelles relations a pu créer ce passé et pourquoi il est gommé du CV. L'absence de transparence sur ce type d'"amitié de 20 ans" avec le lobby pharmaceutique, avec des laboratoires pharmaceutiques de la taille d'Astra Zeneca, n'augure rien de bon en matière de conflits d'intérêts.

Et puis voilà que, tout d'un coup, peut-être pour faire taire les critiques, ses activités pharmaceutiques occultées pendant neuf ans réapparaissent dans les biographies de Roselyne Bachelot ministre de la Santé. Ainsi dans le Trombinoscope 2009 - 2010 ou sur quelques autres sites.

Quelle que soit la raison de la réapparition - peut-être les critiques ou les règles un peu plus strictes de déclaration d'intérêts des experts, etc. -, force est de constater que les décisions qui font de la France la championne mondiale du nombre de vaccins contre la grippe A H1N1 sont prises par des autorités politiques et sanitaires dirigées par des hommes politiques ayant des conflits d'intérêts avec l'industrie pharmaceutique, à commencer par les Sarkozy.

De même, les experts et les conseillers de ces autorités sanitaires ont presque tous des conflits d'intérêts, qu'il s'agisse de Daniel Floret, de Brigitte Autran, Jean Beytout, Véronique Dufour, Martin Danis ou d'autres membres du Comité technique des vaccinations (CTV) et du Haut conseil de la santé publique (HCSP). On peut lire, à titre d'exemple, les déclarations officielles sur le site du HCSP, mais il y en a plein d'autres, et on aura l'occasion de revenir là-dessus.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCE A L'HOPITAL - dans MANIPULATION MENTALE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens