Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 07:31

Une enquête a été ouverte après que, de son propre aveu, un médecin semble avoir prescrit un traitement fatal à un enfant de deux ans accueilli aux urgences...

Tous les jours, des patients meurent hélas dans les services d'urgences des hôpitaux français, mais il est rare que cela résulte d'une erreur médicale flagrante et que cela débouche sur l'ouverture d'une enquête judiciaire, or, c'est ce qui vient de se produire à Saint-Malo, a-t-on appris vendredi 3 août, par un communiqué de l'Agence régionale santé Bretagne.

"Le centre hospitalier de Saint-Malo a adressé un signalement à l'Agence régionale de santé Bretagne sur les conditions du décès d'un enfant de 2 ans et demi hospitalisé en urgence le matin même, compte tenu de la probabilité d'une erreur dans l'administration d'un produit médicamenteux", a indiqué l'ARS.

La direction de l'hôpital a par ailleurs saisi le parquet de la ville, qui a ouvert une information judiciaire pour "recherche des causes de la mort", a confirmé à l'AFP le procureur de la République Alexandre de Bosschère. En outre, l'Agence nationale de sécurité du médicament a été informée, précise le communiqué de l'ARS Bretagne.

L'autopsie qui a été pratiquée ce vendredi sur le corps de la jeune victime et les résultats des analyses toxicologiques devraient permettre de déterminer les causes de la mort, a dit le procureur sans préciser de quoi l'enfant souffrait, cependant, d'ores et déjà, d'après les premiers éléments de l'enquête confiée à la police judiciaire de Rennes, le médecin qui l'a traité aurait reconnu la tragique erreur médicale.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens