Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 09:12

Souvenir : 20 ans déjà que Laurent s’est donné la mort lors d’une crise de violence occasionnée, à dires d’experts, par du Valium, l’anxiolytique avait été ordonné et injecté par un médecin des urgences.

Depuis 20 ans et grâce aux témoignages recueillis par l’Association AAAVAM, et pour que la mort à l’âge de 24 ans de Laurent ne soit pas inutile, nous nous battons contre les accidents et les maladies liées aux médicaments. Plus précisément nous luttons en priorité contre les suicides et les homicides favorisés par cette classe de psychotropes.

Toutefois, la bêtise humaine et la corruption l’emportent largement sur notre œuvre ; les nombreux suicides (SNCF) du Week-end de la Pentecôte 2012 qui ont été indubitablement favorisés par ces « tranquillisants et ces somnifères », en témoignent !

Malgré quelques avancées de l’AAAVAM dans le domaine de la prévention, il nous reste du chemin à parcourir pour parvenir à faire modifier les pratiques empruntes de conservatisme de médecins aux services des multinationales de la pharmacie et formés principalement pour vendre des médicaments.

Laurent Alexandre Imbert avait rejoint le 4 juin 1992 son cousin Simon Marguison Imbert, médecin des armées, mort pour la France en 1918.

Joseph Imbert, médecin et Maire d’Arles, mort pour la France en déportation en 1945.

Le médecin Général Georges Imbert, médecin du Gouvernement provisoire de la République Française en 1945.

Son grand-père Alexandre Imbert, médecin et chirurgien.

Puissent tous ceux qui l’ont connu et aimé avoir une pensée pour Laurent et aussi en souvenir de sa famille qui a toujours servi la France avec honneur.

Georges Alexandre Imbert, Paris, Odessa le 4 juin 2012.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans TEMOIGNAGES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens