Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 11:08

Des parents en Belgique viennent d'être condamnés pour avoir empoisonné leur fils de 5 ans à la Ritaline. La mère lui avait donné en toute connaissance de cause une dose mortelle de ce médicament, après s'être renseignée sur internet. Le petit garçon est décédé quelques heures après l'empoisonnement.
Les parents ont été condamnés à la peine maximale : prison à perpétuité pour la mère, et 30 ans de prison pour le beau père reconnu coupable de complicité.

La Ritaline avait été prescrite à l'enfant pour soigner son soi-disant trouble de l'hyperactivité avec déficit de l'attention (THADA). Pourtant ce médicament est indiqué pour les enfants de plus de 6 ans. Ainsi la prescription abusive de cette drogue a fait office d'arme de crime pour les parents.

La Ritaline est une drogue légale puissante et dangereuse. Malgré ses nombreuses prescriptions, ce médicament est susceptible d'entraîner entre autre des manifestations d'angoisse, des états dépressifs, des hallucinations, des psychoses, des comportements et des idées suicidaires.

D'après les estimations, entre 5 et 10 % des enfants sont concernés par le THADA, et sont donc susceptibles de prendre de la Ritaline. (Source : www.tdah-france.fr)

Il est alarmant de constater que des milliers d'enfants dans notre pays consomment cette drogue, et peuvent être sujets à de graves effets secondaires. Nous devons préserver les prochaines générations de ce traitement nocif.

Partager cet article

Repost 0
Published by violence à l'hôpital - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens