Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 10:29

  

Un faux psychothérapeute se prétendant enseignant à la Haute École de Santé de Genève est incarcéré à Bourg-en-Bresse, soupçonné d’agressions sexuelles sur plusieurs patientes dans l’Ain, a-t-on appris lundi auprès du parquet.
«Il n’a aucune qualité pour exercer en tant que psychothérapeute», a déclaré à l'AFP François Blanc, procureur adjoint de la République de Bourg-en-Bresse.
Sur son site (www.epra.pro), encore en fonctionnement, le faux praticien se présente comme «psychothérapeute, somatothérapeute, sexothérapeute», «spécialiste des couples et enseignant à la Haute École de Santé de Genève».
Dans son cabinet de Saint-Genis-Pouilly, ouvert en 2008, il est soupçonné de s’être livré en 2011 et 2012 à des «agressions sexuelles avec abus d’autorité», passibles d’une peine de sept ans de prison.
«Il reconnaît les faits d’attouchement, dont l’un pourrait s’apparenter à un viol», a précisé M. Blanc. Une plaignante, interrogée sous couvert de l’anonymat sur France 3, a précisé que le faux praticien l’avait fait mettre en sous-vêtements et avait tenté d’arracher son slip, en présentant son acte comme une partie de la thérapie.
Il est incarcéré depuis le 11 juillet, afin d’éviter toute pression sur des patientes désireuses de se joindre aux quatre plaintes déjà déposées.
Il est également accusé d’"usurpation de qualité» (n’ayant pas de formation de psychothérapeute) et «tromperie sur la qualité d’une école» (ayant créé sur place une formation de psychothérapie, baptisée EPRA).
Dans la charte de son établissement, consultable sur internet, le faux praticien évoque un risque de «lien transférentiel entre thérapeute et patient": «Ce lien peut mettre le patient dans une relation de dépendance vis-à-vis du thérapeute. Ce dernier n’en tirera pas avantage et s’abstiendra de tout abus de pouvoir, sous quelque forme que ce soit vis-à-vis du patient».

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans DERIVE DE LA MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens