Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 15:12
Un médecin brésilien envoie une patiente vivante à la morgue

Une sexagénaire hospitalisée pour une infection pulmonaire a été donnée pour morte par le médecin de garde et a passé deux heures dans un sac en plastique, dans la morgue d’un hôpital des environs de Rio de Janeiro.

Si vous êtes adepte des voyages autour du monde et qu’il vous arrive un bobo, méfiez-vous car on peut parfois tomber sur des cabinets médicaux pas très nets. Les médecins insolites n’existent pas que dans les films. Il avait déjà été révélé en juin dernier qu’un médecin belge (un ivrogne que toute la Wallonie surnommait « Dr J’Vais dire ») envoyait sa copine soigner les patients à sa place. Voici que de l’autre côté de l’océan Atlantique un médecin brésilien envoie une sexagénaire vivante à la morgue. Pour comprendre ce fait incroyable, rapporté par le quotidien O Globo, il faut remonter les couloirs de l’hôpital Adão Pereira Nunes à Saracuruna, dans la banlieue de Rio de Janeiro. C’est là que cette brésilienne de 60 ans du nom de Rosa Celestrino de Assis a été traitée pour une pneumonie aigue. La patiente avait eu deux hémorragies cérébrales et respirait à l’aide d’appareils.

Le 23 septembre dernier, à 19h30, une infirmière de l’hôpital donne l’alerte et s’explique : « La sexagénaire ne présente plus aucun signe vital ». Le médecin urgentiste se rend immédiatement dans la chambre, vérifie ses dires, et confirme le diagnostic (!). La vieille dame est rapidement envoyée à la morgue. Selon O Globo, la malheureuse aurait ainsi passé deux heures dans un sac en plastique dans les frigos de la "chambre froide" de l’hôpital avant que sa fille, Rosangela Celestrino, ne vienne réclamer le corps. Et c’est au moment où la fille voulait embrasser sa mère pour la dernière fois que sa stupéfaction éclate. Elle remarque que la sexagénaire, retirée d’un tiroir glacé de la morgue, respire encore. Elle crie alors : « Ma mère est vivante ».

Comme elle le confiera plus tard aux journalistes, tout le monde autour d’elle la prenait alors pour une folle… avant de se rendre à l’évidence. Selon le directeur de l’hôpital, Manoel Moreira Filho, l’erreur a été constatée à 22 heures, et la patiente a «  immédiatement été entubée et reconduite au centre de thérapie intensive ». Le médecin du bloc qui a diagnostiqué la sexagénaire morte et signé son certificat de mort a reconnu son erreur professionnelle et a donné sa démission. Quant à l’infirmière qui lui avait donné l’alerte suite à «  l’absence de signes de vie  », elle a été licenciée. L’affaire pourrait ne pas en rester là, car si la patiente venait à décéder suite à cette mésaventure, les deux ex-employés de l’hôpital pourraient se voir accusés de lésions corporelles, voire d’homicide involontaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans VIOLENCE A L'HOPITAL
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens